Ensaf Haidar

Emprisonnement de Raïf Badawi: Ensaf Haidar veut des réponses

Ensaf Haidar est « contente » que l’emprisonnement de son mari Raïf Badawi ait été abordé entre Justin Trudeau et le prince héritier d’Arabie saoudite lors d’une rencontre en marge du G20, mais elle voudrait obtenir plus de réactions et de réponses de la part de l’Arabie saoudite.

« Je suis contente, c’est la première fois qu’ils en parlent directement, explique-t-elle. Mais j’aimerais savoir s’il y a des réactions ou des réponses du prince héritier. Elles sont toujours les mêmes, mais j’espère que cette histoire va changer les choses pour Raïf. »

À lire aussi: Trudeau aborde le cas de Raïf Badawi avec le prince saoudien

La rencontre de M. Trudeau avec le prince héritier de l’Arabie saoudite a eu lieu en marge d’un dîner offert par l’Argentine la semaine dernière.

Le meurtre de Jamal Khashoggi, le journaliste saoudien assassiné au consulat de Turquie pourrait également faire bouger les choses selon elle.

« Chaque fois qu’il arrive quelque chose, ça donne espoir pour voir du changement en Arabie saoudite, ajoute Mme Haidar. J’espère que ça va amener quelque chose de positif pour Raïf et pour les prisonniers d’opinion. »

C’est un discours qui est partagé par Mireille Elchacar, agente de développement régional pour Amnistie internationale.

« C’est difficile de savoir comment l’Arabie saoudite va réagir, a-t-elle déclaré en entrevue avec La Tribune la semaine dernière. Une chose est sûre, c’est que les États commencent à sortir de cette volonté de dire ``c’est l’Arabie saoudite, il faut faire attention, il ne faut pas réclamer trop fortement quelque chose, car ça va les vexer et on n’aura plus de dialogue’’ ».

« Cette espèce de diplomatie silencieuse qu’on prônait par le passé, j’ai l’impression qu’avec, entre autres, le meurtre de Jamal Khashoggi, le journaliste assassiné au consulat de Turquie, les gens se rendent compte que ça fait des décennies que ce régime bafoue les droits fondamentaux de sa propre population. »