Pas moins de 20 partis politiques sont enregistrés jusqu’à maintenant au Québec en vue de l’élection du 1er octobre. Dix-sept autres noms ont été réservés.

Élections 2018 : Un record de partis politiques autorisés

À deux mois de l’élection provinciale 2018 au Québec, les aspirants députés se bousculent pour faire campagne. Pas moins de 20 partis autorisés ont été enregistrés par le Directeur général des élections du Québec (DGEQ), un nouveau record.

En date de ce lundi, le portail du DGEQ comptait en effet 20 partis politiques enregistrés en vue de l’élection d’octobre. Une 21e formation politique pourrait obtenir son accréditation au cours des prochaines semaines, alors que le Parti des sans droits se trouve en attente d’autorisation.

Jamais, dans l’histoire récente du Québec, a-t-on atteint la vingtaine de partis. Lors des élections générales de 2012 et de 2014, le total de 18 partis inscrits constituait déjà un record depuis 1973, année à laquelle remontent les données disponibles du DGEQ. Cela exclut toutefois les partis enregistrés qui n’auraient présenté aucun candidat lors du scrutin.

D’ici la fin de la période de mises en candidature, le nombre de partis inscrits pourrait encore augmenter puisque pas moins de 17 noms ont été réservés auprès du DGEQ.

Chez le DGEQ, on confirme qu’il n’y a pas de date limite pour déposer une demande d’autorisation pour un parti politique, mais le processus de vérification nécessite tout de même un certain temps.

Parmi les documents à fournir pour créer un parti, il faut recueillir une liste de 100 membres qui appuient son autorisation. « Nous, on doit faire des vérifications pour s’assurer qu’il y a effectivement 100 personnes. On fait des téléphones, ça peut aller rapidement ou moins rapidement. Si on a du mal, on peut demander de fournir d’autres noms », explique la porte-parole du DGEQ, Julie St-Arnaud Drolet.

Comme la loi électorale prévoit que la période de mise en candidature dure deux semaines, celle-ci se terminera le 15 septembre prochain. « Donc, en soi, cela devient un échéancier », souligne Mme St-Arnaud Drolet.

« L’autorisation des partis, ça mobilise nos équipes. Lorsque l’élection est lancée, la création des bulletins peut prendre plus de temps. Après l’élection, plus il y a de partis, plus il y a de rapports à vérifier. On offre aussi du soutien aux représentants officiels et aux agents officiels des partis pour s’assurer que la loi est connue, comprise et appliquée », décrit la porte-parole.

Parmi les partis enregistrés, on compte évidemment la Coalition avenir Québec, le Parti libéral du Québec, le Parti québécois et Québec solidaire qui sont les plus connus. On peut aussi ajouter des noms familiers comme le Parti vert du Québec, le Bloc pot, le Parti conservateur du Québec ou encore le Nouveau Parti démocratique du Québec.

Les autres partis officiellement inscrits sont Alliance provinciale du Québec, Changement intégrité pour notre Québec, Citoyens au pouvoir du Québec, Équipe autonomiste, Parti culinaire du Québec, Parti équitable, Parti libre, Parti marxiste-léniniste du Québec, Parti nul, Parti 51, Québec cosmopolitain et Québec en marche.

Une tendance occidentale

D’après le professeur Louis Massicotte du département de science politique de l’Université Laval, le phénomène de multiplication des partis s’observe dans beaucoup de pays occidentaux. « On observe que le vote est plus fragmenté qu’avant. Il y a plus de partis politiques et c’est beaucoup plus difficile d’obtenir 50 pour cent du vote », souligne-t-il.

Au Québec, c’est la disparition graduelle de la question indépendantiste qui favorise l’émergence de nouveaux partis à l’Assemblée nationale et dans les campagnes électorales.

Louis Massicotte estime que la Loi sur la clarté référendaire a « calmé le jeu » et que « le peu de réactions qu’elle a suscitées a confirmé que les Québécois étaient plus fédéralistes qu’on pensait ».

« Il y a pas mal de gens dans la coalition indépendantiste qui ont retiré leurs billes. Ceux qui étaient plus conservateurs sont allés du côté de l’ADQ ou de la CAQ et ceux qui étaient plus socialistes sont allés du côté de Québec solidaire », analyse le politologue.