La candidate libérale pour l’élection partielle dans Jean-Talon, Gertrude Bourdon, dit avoir beaucoup appris des élections générales de 2018.

Élection partielle dans Jean-Talon: la Gertrude Bourdon nouvelle [VIDÉO]

Électeurs de Jean-Talon, vous ne connaissez pas la Gertrude Bourdon qui se présente à l’élection partielle dans votre circonscription provinciale. Oubliez la candidate défaite l’an dernier dans Jean-Lesage, que d’aucuns ont trouvée hautaine et opportuniste. Rencontrez une femme plus humble et près des gens.

C’était le message mardi midi, lors de l’annonce officielle de la candidature de Mme Bourdon pour le Parti libéral du Québec en vue de la partielle du 2 décembre. La circonscription de Jean-Talon, qui couvre une bonne part de l’arrondissement Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge, est orpheline de représentant au parlement de Québec depuis la démission de l’ancien ministre libéral Sébastien Proulx, en août.

Le mot humilité est revenu quelques fois dans le discours de Mme Bourdon, lors de la présentation tenue à son bureau de campagne installé dans l’ancien Presse Café du boulevard Laurier. Même endroit où campait il y a à peine une semaine l’équipe de la candidate conservatrice perdante aux récentes élections fédérales dans Louis-Hébert, Marie-Josée Guérette.

«J’ai changé, j’ai appris. Je veux qu’on voie quelque chose de différent de moi», a insisté Mme Bourdon, souhaitant se montrer sous un autre jour, sa «vraie facette». Elle qui a passé 35 ans «au service des autres» dans le milieu de la santé, de ses débuts comme infirmière au poste de présidente-directrice générale du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec.

En vue des élections générales provinciales du 1er octobre 2018, elle avait discuté avec la Coalition avenir Québec (CAQ) avant de rallier les rangs libéraux, donnant l’impression de se magasiner un siège de ministre de la Santé. Elle est arrivée troisième dans Jean-Lesage.

Happée par le tourbillon

La dame de 63 ans dit avoir beaucoup appris de ce «moment à la fois extraordinaire et difficile». «J’ai eu toute une année pour réfléchir à ce que j’avais vécu. Ce qu’on a pensé de moi, ça m’a touchée. Ça m’a émue. On m’a taxée de toutes sortes de choses. Et je me suis regardée et je n’ai pas aimé ce que j’ai vu!

«L’an dernier, je me suis laissée emporter par le tourbillon et j’ai perdu de vue l’essentiel : les gens», poursuit-elle, dans son mea culpa. «Il y a des leçons à tirer de cette première expérience en politique. J’ai appris que j’aime aller voir et aider les gens. Comme quand j’ai commencé ma carrière d’infirmière en 1984, juste ici à côté, au CHUL, au département de néonatalogie. J’aime faire une différence dans leur vie et ce sera la même chose comme députée.»

Son profil convient-il davantage aux électeurs de Jean-Talon, circonscription libérale depuis sa création en 1966, qu’à ceux de Jean-Lesage, citoyens de Limoilou et une partie de Beauport, qui ont élu Sol Zanetti de Québec solidaire? «Ils ne vont pas rencontrer un profil, ils vont rencontrer une personne», tranche-t-elle, répétant vouloir s’adresser au cœur des gens.

Pour ceux qui croient qu’il s’agit de sa dernière chance en politique, Mme Bourdon prévient être là pour de bon. Si elle encaisse un autre revers électoral, «je vais recommencer!» a-t-elle lancé, sous la clameur de ses partisans.

Parrainée par Ciccone

Pour sa première sortie officielle comme candidate dans Jean-Talon, Mme Bourdon était accompagnée d’une quinzaine de députés libéraux, surtout des femmes. Le chef par intérim du PLQ, Pierre Arcand, était aussi sur place, tout comme le député qui parrainera Mme Bourdon durant la campagne, l’ex-joueur de hockey Enrico Ciccone. Tous mettront la main à la pâte dans le prochain mois pour promouvoir leur candidat sur le terrain.

«Après sa première expérience, elle aurait pu se retirer de la vie publique. Ç’aurait été le choix facile. Mais ce n’est pas parce que c’est difficile qu’elle abandonne!» s’est exprimé M. Arcand, rappelant que la native de Saint-Cyprien de Bellechasse a été mère dès l’âge de 19 ans.

On pouvait apercevoir une affiche de style électorale à l’effigie de M. Arcand parmi les plus nombreuses arborant le visage de Mme Bourdon. Le chef par intérim a souligné que «le PLQ est la seule avenue politique pour faire contrepoids à la CAQ», évoquant sans le dire l’option montante de Québec solidaire (QS).

Députée libérale du comté de 1994 à 2007, Margaret Delisle est aussi sortie de sa retraite pour déclarer tout son soutien à la candidate Bourdon.

Pour cette partielle dans Jean-Talon, la CAQ présentera Joëlle Boutin et le Parti québécois Sylvain Barrette, respectivement deuxième et quatrième l’an dernier derrière le libéral Proulx. QS tient son assemblée d’investiture mercredi soir avec quatre candidats en lice, mais Frédéric Poitras a l’appui des bonzes du parti.