Pour se tenir à jour dans le dossier des finances de la régie intermunicipale Valoris, le conseiller sherbrookois Pierre Tremblay contournera dorénavant son maire, Steve Lussier.
Pour se tenir à jour dans le dossier des finances de la régie intermunicipale Valoris, le conseiller sherbrookois Pierre Tremblay contournera dorénavant son maire, Steve Lussier.

Dossier Valoris: Tremblay contournera le maire Lussier

Pour se tenir à jour dans le dossier des finances de la régie intermunicipale Valoris, le conseiller sherbrookois Pierre Tremblay contournera dorénavant son maire, Steve Lussier. Il posera désormais ses questions directement au président de Valoris, Robert Roy, qui estime être aussi transparent que possible dans la gestion du centre de valorisation des matières résiduelles.

M. Roy affirmait dans La Tribune de mercredi ne pas comprendre le processus de communication à Sherbrooke. Alors que Steve Lussier demandait à son collègue de procéder par une demande d’accès à l’information pour obtenir des suivis budgétaires de Valoris, Robert Roy indiquait qu’il pouvait répondre à toutes les questions sur le sujet.

« J’apprécie vraiment sa transparence, son audace. Il a gagné mon respect », commente Pierre Tremblay à propos de M. Roy. « Il m’a dit qu’il pouvait répondre à toutes mes questions. Je ne savais pas que ça existait quelqu’un qui peut répondre aux questions. Son offre sera acceptée, surtout que le maire Lussier continue de cacher les informations qu’il a en main. »

M. Tremblay convient qu’il n’a jamais assisté aux séances du conseil d’administration de Valoris pour obtenir les informations qu’il réclame. « Le maire m’invite quand il juge que ça va bien. C’est sa façon de contre-attaquer. Mais les C.A. ne durent en moyenne que cinq à huit minutes. Ce qui m’intéresse plus, ce sont les ateliers de travail qu’il y a avant et après. En plus, on regarde les procès-verbaux et il n’y a rien là-dedans. »

Le conseiller sherbrookois n’a pas tenté non plus de se tourner vers ses autres collègues siégeant à Valoris, Julien Lachance et Karine Godbout, plaidant que leur vision est opposée à la sienne.


« Ma personne-ressource dorénavant sera M. Roy. »
Pierre Tremblay

Pierre Tremblay indique que sa position face à Valoris n’a pas changé. Il considère toujours ce dossier « problématique », mais se dit heureux de la sortie du président Robert Roy. « Ma personne-ressource dorénavant sera M. Roy. Il maîtrise le dossier et le divulgue mieux que M. Lussier. Quand on est maire et qu’on ne veut pas répondre aux questions, c’est comme être un poisson qui n’aime pas l’eau. M. Roy m’a garanti qu’il me donnerait de l’information pour n’importe quelle question. »

Alors que Pierre Tremblay et Robert Roy avaient un rendez-vous téléphonique mercredi soir, le maire Steve Lussier compte s’entretenir avec le président de Valoris jeudi au conseil d’administration. Appelé à commenter la sortie publique de son confrère qui s’interroge sur les communications entourant Valoris à Sherbrooke, M. Lussier s’est limité à dire qu’il aura « la chance de régler ça au C.A. [jeudi] ».

« Je suis le maire de la Ville et je vais toujours répondre aux questions. Là, on parle d’une régie. Par respect pour les autres municipalités, je ne commenterai pas sur la place publique. Je serai au C.A., à Valoris [jeudi]. »

Steve Lussier a refusé de commenter sa relation avec son collègue Pierre Tremblay également.