Dominique Anglade, seule candidate déclarée dans la course à la chefferie du Parti libéral, a participé jeudi à un « 6 à 8 amical » au Siboire Jacques-Cartier.

Dominique Anglade promet de ne pas oublier l’Estrie

Dominique Anglade, seule candidate déclarée dans la course à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ), promet de ne pas oublier l’Estrie dans les prochains mois.

Dans sa campagne, elle se fera régulièrement présente dans cette région qu’elle apprécie personnellement. C’est même à Sherbrooke que la députée de Saint-Henri-Sainte-Anne a tenu sa deuxième activité partisane en dehors des grands centres de Montréal et Québec, après son lancement en Mauricie la semaine dernière.

À LIRE AUSSI: Jean Charest confiant que le PLQ puisse rebondir rapidement

« Vous allez me voir dans la région. J’aime l’Estrie pour y venir régulièrement dans ma vie personnelle », assure-t-elle. 

La porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie et d’immigration tenait jeudi à un « 6 à 8 amical » au Siboire Jacques-Cartier. C’était l’occasion pour ses supporteurs d’échanger avec elle sur les enjeux politiques et pour en savoir plus sur son désir d’être la prochaine cheffe du PLQ.

Mme Anglade dispose d’appuis importants dans la région, affirme-t-elle. « Mais nous ne sommes pas en mode annonce d’appuis. »

« Nous sommes en tournée d’écoute. J’ai dit en annonçant ma candidature que l’on devait revenir à ce qui a fait le parti. Le Parti libéral du Québec a manqué d’écoute. Nous voulons construire une plateforme qui va être lancée avec ma course à la chefferie. »

« Revenir à l’ADN »

Selon elle, le PLQ doit se recentrer sur ce qui a construit et défini le Québec, comme les bâtisseurs, la langue et la culture. « Il faut revenir à cet ADN qui a manqué dans les dernières années », lance-t-elle.

Dominique Anglade s’attend à ce que la course soit officiellement déclenchée l’automne prochain, pour une élection au printemps 2020. « J’ai annoncé ma candidature tôt. Pour faire une bonne course, il faut le faire aussi durant l’été », commente-t-elle.

« Je veux le faire à visière levée. »

La candidate invite les gens à visiter son site web www.dominique2020.ca pour s’exprimer.

Elle est consciente que le défi s’annonce de taille si elle devient cheffe du PLQ l’an prochain. Le gouvernement de François Legault conserve une grande popularité auprès des Québécois. « Un nouveau gouvernement vit toujours une lune de miel, tranche la politicienne. C’est normal. »

« Mais certaines des promesses phares de la CAQ, comme la maternelle quatre ans, seront des enjeux pour ce gouvernement. Nous, nous voulons proposer une plateforme qui a été réfléchie et étudiée. Pas écrite sur un coin de table... »