La députée Christine Labrie et Geneviève Hébert

D’importants défis à relever pour réaliser les projets de la CSRS

D’énormes défis attendent la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) pour la réalisation des projets majeurs d’immobilisation énoncés cette semaine.

La députée de Sherbrooke, Christine Labrie, promet de mettre l’épaule à la roue, mais elle rappelle que la question du financement et du recrutement du personnel demeure un enjeu important.

À lire aussi: Une nouvelle école Mitchell-Montcalm

« C’est un projet emballant, lance-t-elle lors d’un entretien accordé à La Tribune. C’est un projet d’optimisation des lieux et des ressources. »

« Mais le défi d’aller chercher du financement est là. Je vais certainement travailler à faire avancer le dossier. Les besoins sont là. Aussi, il est important que la future école Montcalm demeure dans un secteur domiciliaire pour que les jeunes puissent continuer de se rendre à l’école à pied. »

Rappelons que la CSRS envisage la construction d’une nouvelle école Mitchell-Montcalm de 2121 places avec une salle multifonctionnelle de 600 places. La CSRS prévoit du même coup la fermeture des bâtiments Mitchell et Montcalm actuels en tant qu’école secondaire.

De plus, sept écoles primaires doivent agrandir en raison d’un manque d’espace qui se fait sentir un peu partout à Sherbrooke. On veut aussi faire de la place pour l’implantation de la maternelle 4 ans.

On devra aussi tenir compte du phénomène de pénurie de main-d’œuvre dans le monde de l’enseignement. « Il faudra des enseignants », reprend la députée Labrie, critique en matière d’Éducation dans la députation de Québec solidaire.

« Je sais qu’il y a des projets de valorisation de la profession d’enseignant. Il y a des enjeux salariaux et de conditions de travail. »

Mme Labrie salue le travail des gens de la CSRS pour « avoir agrandi par en dedans » au cours des dernières années en adaptant les locaux actuels afin de faire face aux besoins de la clientèle.

Pour sa part, la députée de Saint-François, Geneviève Hébert, se réjouit du plan immobilier présenté par la CSRS, lequel prévoit plusieurs ajouts de classes dans sa circonscription.

« Le plan immobilier de la CSRS est une excellente nouvelle pour Saint-François. On y prévoit l’ajout de 18 locaux classes dont 6 maternelles 4 ans dans l’arrondissement de Fleurimont. D’abord et avant tout, ce sont nos enfants qui vont bénéficier des ajouts d’espace. Il y a de quoi se réjouir! J’étais particulièrement préoccupée par la situation de trois écoles, celles ayant l’indice de défavorisation le plus élevé. Je suis heureuse que deux classes de maternelle 4 ans soient ajoutées à l’école des Avenues, l’école Desjardins et l’école Marie-Reine. »

« Celles-ci permettront d’agir tôt, de dépister plus rapidement les troubles d’apprentissage et de fournir l’aide nécessaire aux enfants pour leur réussite scolaire », dit Mme Hébert.

La députée caquiste entend travailler en collaboration avec la CSRS et le ministère de l’Éducation dans le but de voir à la réalisation des projets.

« J’ai développé au cours des derniers mois une excellente collaboration avec la CSRS. J’ai l’intention de suivre de près l’avancement de chacun des projets prévus dans Saint-François, de travailler étroitement avec l’équipe de la CSRS et celle de mon collègue Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation », note-t-elle.

« Je fais partie d’un gouvernement qui a comme priorité l’éducation. Donnons à chaque enfant les moyens d’aller au bout de son potentiel! Les écoles des Avenues, Desjardins et Marie-Reine font face à des défis importants. Je travaillerai à réaliser les projets d’agrandissement, et ce, au bénéfice de nos enfants. »