Philippe Couillard estime que le départ de Martine Ouellet est synonyme de la perte de vitesse du mouvement souverainiste.

Départ de Martine Ouellet: un signe de la «perte de vitesse» du souverainisme, dit Couillard

Le départ annoncé de Martine Ouellet du Bloc québécois est symptomatique du déclin du mouvement souverainiste, estime le premier ministre Philippe Couillard.

LIRE AUSSI: Martine Ouellet quitte la direction du Bloc québécois

Le départ annoncé de Martine Ouellet du Bloc québécois est symptomatique du déclin du mouvement souverainiste, estime Philippe Couillard.

«C’est une option, celle de l’indépendance du Québec, qui est en perte de vitesse auprès d’une bonne partie de la population. On voit que c’est une option qui est difficile à faire vivre», a commenté le chef libéral en fin d’après-midi lundi.

Il a pris soin de dire que «c’est une idée qui ne disparaîtra pas», mais pour mieux constater que «c’est une force politique qui diminue beaucoup».

«Pourquoi ? Parce que les gens, en majorité, veulent rester Canadiens. La séparation du Québec a peu de chance de se faire pour une raison très simple: on ne réunira pas une majorité de Québécois prêts à abandonner leur citoyenneté canadienne.»

Les citoyens du Québec veulent très majoritairement être à la fois Québécois et Canadiens, a affirmé M. Couillard.