La député de Québec solidaire Catherine Dorion

Déguisement d’Halloween: les libéraux déposent une plainte contre Catherine Dorion

Le Parti libéral a déposé une plainte contre Catherine Dorion auprès de la commissaire à l’éthique. Pour sa photo d’Halloween prise dans le Salon rouge, jeudi dernier, les libéraux accusent la députée de Québec solidaire de «non-respect de l’institution» du parlement et de porter «atteinte à la dignité de la fonction de député».

Dure journée au bureau pour Mme Dorion, mardi, à l’Assemblée nationale de Québec. Édifice situé dans la circonscription de Taschereau que Mme Dorion représente au parlement.

En matinée, le péquiste Sylvain Gaudreault a mis en doute la qualité de son travail de circonscription, secondé par son chef par intérim de parti, Pascal Bérubé.

À LIRE AUSSI : Catherine Dorion se déguise en députée

Puis en fin de journée, les libéraux sont passés de la parole aux actes en déposant une plainte formelle auprès de la commissaire à l’éthique et à la déontologie de l’Assemblée nationale, Ariane Mignolet, concernant l’incident de la photo d’Halloween et une publication Facebook antérieure sur le même sujet.

«Les libéraux ont décidé de se mettre sur mon cas», a commencé une Mme Dorion visiblement ébranlée, lors d’un point de presse convoqué à 20 minutes d’avis en fin de journée.

«Ça fait longtemps que je me retiens de taper sur les libéraux, je me dis qu’ils sont l’opposition et que je ne me ferai pas d’ennemis pour rien. Mais vous êtes quand même le parti de l’austérité, le parti de la collusion, de la corruption, le parti qui a mis le Québec à genoux!

«Qu’ils viennent parler d’éthique? De décorum? De respect des valeurs? Après avoir fait ça pendant des années au Québec? Je trouve ça vraiment culotté de venir me dire : “Catherine Dorion a un petit problème d’éthique parce qu’elle s’est assise sur un bureau au Salon rouge, pour prendre une photo.”»

Jeudi dernier, jour de l’Halloween, Mme Dorion s’était «déguisée en députée» à jupe courte le temps d’une photo sur un bureau de la salle du Conseil législatif. Cliché coiffé du titre «Joyeuse Halloween» relayé par les médias traditionnels et les réseaux sociaux, avant d’être retiré par la principale intéressée.


« Mais vous êtes quand même le parti de l’austérité, le parti de la collusion, de la corruption, le parti qui a mis le Québec à genoux! »
La députée Catherine Dorion

Trois semaines plus tôt, la députée de Taschereau lançait une invitation sur Facebook pour une assemblée publique sur le thème de la marginalité tenue le soir de l’Halloween, à son bureau de circonscription. L’invitation à l’événement F*ck la norme portait le logo de l’Assemblée nationale.

Le président de l’Assemblée nationale, François Paradis, a été saisi du problème vendredi par la whip en chef de l’opposition officielle, Nicole Ménard.

M. Paradis a indiqué mardi en avoir parlé avec les quatre partis et que «ça ne se reproduira plus». Il a rappelé à tous l’interdiction de prendre des images dans les salles officielles du parlement sans autorisation.

Une règle que Mme Dorion aurait dû connaître, admet-elle, même si elle était loin d’être la seule élue à prendre des photos dans l’enceinte des Salons rouge et bleu. Elle assure qu’elle collaborera avec la commissaire dans son enquête.

Gaudreault attaque

Première attaque frontale envers la députée de Taschereau de la part d’un autre parti de l’opposition dans la journée, M. Gaudreault remettait en question son travail dans sa circonscription.

«Elle a beau s’habiller comme elle veut, tout ce qu’on veut, c’est qu’elle fasse son travail dans le comté. Et là-dessus, j’ai de sérieux doutes», a lancé le représentant du Parti québécois, lorsque questionné sur la photo et la gravité de la chose.

M. Gaudreault accuse Mme Dorion de ne pas s’impliquer dans certains dossiers, dont la clinique sans médecin SABSA. La députée péquiste de Taschereau de 1998 à 2018, Agnès Maltais, est présidente de la Fondation SABSA.

«Si quelqu’un vient me dire que je ne m’occupe pas de mes dossiers et que je ne travaille pas, ça ne passe pas!» a répliqué Mme Dorion en milieu de journée au Soleil, accusant M. Gaudreault de lui-même faire «un spectacle». Avant de lui servir une longue réponse sur Facebook, où elle réfute ses allégations et énumère la panoplie de projets qu’elle mène ou suit de près, dont SABSA.