Le premier ministre François Legault et la ministre de la Justice Sonia Lebel se dirigent vers la salle Evelyn-Dumas du parlement de Québec pour y rencontrer la presse, jeudi.
Le premier ministre François Legault et la ministre de la Justice Sonia Lebel se dirigent vers la salle Evelyn-Dumas du parlement de Québec pour y rencontrer la presse, jeudi.

Déconfinement des écoles : «Un grand succès!» se félicite Legault [VIDÉO]

La troisième semaine de déconfinement s’achève dans les écoles primaires et les garderies à l’extérieur du grand Montréal. Pas encore de catastrophe. «Compte tenu du nombre d’enfants, l’inquiétude qu’il y avait chez certains parents, c’est un grand succès», se félicite François Legault.

Le gouvernement du Québec avait été la cible de plusieurs critiques, début mai, en annonçant la réouverture des écoles primaires et des garderies après huit semaines de fermeture à cause de la COVID-19. Celles de la Communauté métropolitaine de Montréal n’ont jamais rouvert.

Mais dans le reste du Québec, soit 52 % de la population, un peu plus de la moitié des enfants âgés de 4 à 12 ans ont repris le chemin de l’école, tout comme bon nombre des bambins qui fréquentent les garderies. L’embrasement que certains annonçaient n’a pas eu lieu. Du moins, pas encore.

«C’est clair que ça s’est bien passé. Les enfants étaient contents de revenir à l’école, les parents sont soulagés. Les parents, maintenant, ont vraiment passé à une autre étape», a affirmé le directeur national de santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda. Il accompagnait encore M. Legault au traditionnel point de presse de 13 h de jeudi.

«C’est normal d’avoir des craintes. Surtout dans le contexte où on était. Mais l’expérience a été très positive», indique le Dr Arruda, critiqué pour son possible manque d’indépendance face au politique sur les décisions de déconfinement.

«Il y a des acquis aussi dans ces expériences-là, pour la rentrée l’année prochaine, poursuit-il. On est même en train de regarder comment on pourrait aller plus loin dans des approches différentes pour la rentrée à l’automne, qui permettrait à la fois d’éviter des grandes épidémies. C’est clair qu’il va y avoir des cas, comme il y en a eu quelques-uns. Mais tout est sous contrôle, puis il n’y a pas d’histoire d’horreur. Et les professeurs, les enfants et les parents sont heureux.»

«Il ne faut pas se penser trop bon»

Le Québec a été tout premier des 10 provinces canadiennes et 50 États américains à rouvrir ses classes, le 11 mai. La plupart des juridictions ne rouvriront aucune école avant la fin de l’été.

«Quand on a décidé d’ouvrir les écoles à l’extérieur de la région métropolitaine, les gens nous disaient : “Mais ça n’a aucun bon sens!” D’autres provinces ont dit : “Ça n’a aucun bon sens!” Puis on voit ce qui se passe aujourd’hui, ce n’est pas nécessairement un drame», constate le Dr Arruda.

«Vous savez, je ne considère pas que j’ai la vérité. La vérité est quelque part entre les deux. [...] Chaque fois, on peut se dire : on n’a pas été trop lent, on a peut-être été un petit peu trop vite. Jusqu’à maintenant, les affaires vont comme on planifie. Mais à l’extérieur de Montréal, ce n’est pas fragile, mais à Montréal, c’est fragile.»

De son côté, le premier ministre a quand même servi une mise en garde plus tôt dans la conférence, comme un avertissement pour lui-même. «Si on veut être capables de continuer la réouverture, il faut suivre les consignes. [...] Il ne faut pas se penser trop bon, parce que le virus va en profiter pour revenir.»

74 nouveaux décès

Après 10 semaines de bilans de 13 h presque quotidiens où il annonçait toujours le nombre de nouveaux décès liés à la COVID-19, M. Legault a laissé cette semaine le ministère de la Santé et l’Institut national de la santé publique publier les données du jour en fin d’avant-midi.

Déclaration de 74 morts de plus dans les 24 heures précédentes à travers le Québec, donc, pour faire grimper le décompte à 4302 depuis le début de la pandémie.

De ces 74, 70 vivaient dans des lieux d’hébergement pour personnes âgées, soit centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), ressource intermédiaire (RI) ou résidence privée pour aînés (RPA). Au total, 85 % des Québécois décédés de la COVID-19 vivaient dans ces milieux.

À ce jour, 2725 résidents sont infectés au sein de 340 des 2600 lieux d’hébergement. Juste pour les CHSLD, c’est 1741 malades dans 131 des 412 CHSLD.

Après avoir atteint la centaine de morts mercredi, la région de la Capitale-Nationale a franchi le cap des 1500 cas, jeudi, avec 1501.

Dans l’ensemble de la province, le nombre d’hospitalisations continue de baisser pour une neuvième journée de suite. On compte maintenant 1331 patients traités pour la COVID-19 dans les hôpitaux québécois, dont 178 alités aux soins intensifs.

Le Québec affiche 49 702 cas, 563 de plus que la veille.

«Engagez-vous!» qu’il disait

M. Legault continue sa grande séduction pour attirer 10 000 personnes à s’inscrire à la nouvelle formation accélérée payée de préposé aux bénéficiaires, qui s’amorcera mi-juin.

«Si vous voulez faire une différence dans la vie des gens, engagez-vous!» a-t-il lancé aux téléspectateurs, leur proposant même de lire le dernier livre de Marie Laberge, Traverser la nuit, pour trouver l’inspiration et la beauté que peut revêtir le métier de préposé aux bénéficiaires.

Un «engagez-vous!» qui rappelle l’invitation militaire d’une autre époque. Armée qui menace justement de retirer son millier de soldats en ce moment au front dans les CHSLD du Québec. Une aide vitale que le premier ministre ne veut absolument pas perdre avant la mi-septembre.

«Le Québec paie sa part pour l’armée. Je comprends qu’il y a d’autres priorités, mais il me semble que la priorité actuellement, je n’en vois pas de plus urgente que de s’occuper de notre monde dans nos CHSLD. Même chose dans les centres de soins longue durée en Ontario. Je comprends qu’il y a peut-être un rythme de travail qu’il faudrait revoir. Je voyais que certains soldats travaillent sept jours par semaine, mais ils pourraient peut-être travailler cinq jours par semaine. Il y a des accommodements. J’espère être capable d’en discuter avec le gouvernement fédéral et l’armée», souhaite M. Legault.

Mise à jour du 28 mai