Cybermenaces: Ottawa s’attend à de l’ingérence étrangère durant les élections [VIDÉO]

OTTAWA - Il y aura de l’ingérence étrangère, mais rien de comparable aux activités russes pendant l’élection américaine de 2016. C’est ce que conclut le plus récent rapport du Centre de la sécurité des télécommunications (CST) sur l’état des cybermenaces à quelques mois des élections fédérales d’octobre.

Le rapport souligne que l’an dernier, des cybermenaces ont cherché à faire interférence dans la moitié des élections tenues dans des pays démocratiques. C’est trois fois plus qu’en 2015. Le CST croit qu’il y en aura encore plus cette année.

Le CST s’attend donc à ce que les électeurs canadiens soient ciblés l’automne prochain. Mais il considère «improbable» que l’éventuelle ingérence étrangère soit de l’ampleur de ce qu’ont fait les Russes pendant les élections américaines qui ont conduit Donald Trump au pouvoir.

Le rapport publié lundi matin prévoit que la cybermenace prendra la même forme au Canada que ce qui a été vu ailleurs; des messages pour «diviser l’opinion sur des enjeux politiques et sociaux», des interventions pour mousser la popularité d’un parti politique au détriment des autres ou encore la manipulation de déclarations publiques de candidats.

Le CST note également que les auteurs de cybermenaces se concentrent davantage sur les simples électeurs pour influencer leur éventuel choix que sur les partis politiques ou les candidats. Tout de même, les sites web, les comptes de médias sociaux et les adresses courriel des candidats et des partis politiques ont été victimes de cyberattaques, à travers le monde.

Et une fois de plus, le CST rappelle que le fait que les élections fédérales canadiennes se fassent surtout sur papier les met à l’abri de tentatives de modification du résultat du compte des votes.