Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, le maire de Sherbrooke, Jean Lussier, le maire de Granby, Pascal Bonin (à l'arrière), et la mairesse de Saguenay, Josée Néron, à l'Assemblée nationale, mercredi.

Crise des médias: «Portez vos culottes et agissez», disent des maires aux parlementaires [VIDÉO]

Les maires de Sherbrooke, Saguenay, Granby, et Trois-Rivières se sont déplacés, mercredi, à Québec, pour écouter la présentation du mémoire du Groupe Capitales Médias à la commission parlementaire sur l’avenir des médias à l’Assemblée nationale. Inquiets de l’éventuelle perte de leur quotidien respectif, les maires ont fait valoir l’importance d’une information locale pour leur ville.

«C’est une crise qu’on vit là», a lancé d’emblée le maire de Sherbrooke, Steve Lussier. «Il faut aller de l’avant avec des changements, des nouveaux modèles. C’est une restructuration complète», croit M. Lussier, qui dit n’avoir jamais pris autant de notes sur les changements qu’il faudrait apporter pour sauver les médias.

À LIRE AUSSI: François Legault pas pressé de taxer les géants du Web

Le maire de Sherbrooke reconnaît que le choix de la majorité des municipalités de retirer leurs avis publics des journaux locaux avait contribué à la situation actuelle. «On a eu des discussions avec le comité exécutif de la Ville de Sherbrooke, je sais que ça se parle dans plusieurs régions. On est aussi à revoir notre modèle d’affaires», explique-t-il.

«J’ai parlé avec notre média local pour lui dire qu’on va restructurer le tout. Est-ce qu’on va reprendre de la publicité ? Des cahiers spéciaux pour faire valoir nos projets ? Ça pourrait être une excellente idée et peut-être montrer comment ça fonctionne les avis publics aussi», poursuit-il. 

Selon M. Lussier, moins de 10 % des gens connaissent réellement les avis publics, comment ça se lit et à quoi ça sert.

Taxer les GAFA 

Pour le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, le placement publicitaire, c’est une chose, mais il faut aller plus loin. «De notre côté ce qu’on veut surtout signaler, c’est le besoin de préserver l’espace médiatique régional. Un espace de diffusion de l’information, mais aussi un espace de dialogue. C’est ce que nous procurent notamment les quotidiens, mais l’ensemble des médias régionaux», argue-t-il. 

Selon la mairesse de Saguenay, Josée Néron, les gouvernements vont devoir réellement analyser la possibilité de taxer pour aller chercher la juste part que les GAFA viennent chercher. «C’est non seulement au niveau des médias écrits qu’il y a un impact, mais c’est également notre fiscalité comme province, comme ville. Ce sont des revenus dont on se prive comme société. Il va falloir arrêter de retarder. C’est cette année qui va falloir prendre position. […] Portez vos culottes et agissez», s’est-elle exclamée en s’adressant directement aux politiciens fédéraux, actuellement en précampagne électorale.

Crainte d’une concentration de la presse

Les maires souhaitent également éviter une concentration de la presse. Pour la mairesse de Saguenay, la présence de journalistes dans les régions est essentielle pour assurer une diversité de l’information. «Plus vous enlevez de joueurs, plus vous jouez sur la qualité, la diversité de l’information diffusée à nos populations.»

«Lorsqu’on a un seul média qui donne l’information, pour le citoyen il y a une perte au niveau de la façon dont on aborde le problème, la dimension dans laquelle on l’analyse. Ce n’est pas parce que M. Péladeau est pire qu’une autre personne, c’est tout simplement une question de concentration, c’est le danger», a indiqué Mme Néron. 

Les maires espèrent que le gouvernement à la suite de cette commission se penchera sur les différentes propositions qui sont sur la table et s’assurera de ne pas simplement repousser le problème de quelques années, mais de trouver des solutions qui vont garantir une pérennité à long terme. 

Non présents à l’Assemblée nationale  cause de leur agenda, les maires de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin de Québec, Régis Lebeaume souhaitent également la survie du Droit et du Soleil. Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier rencontrera M. Labeaume vendredi à Québec.

À LIRE AUSSI : Groupe Capitales Médias propose des pistes de solution au gouvernement