Christine Labrie craint pour les services offerts et même la survie de certains organismes communautaires.
Christine Labrie craint pour les services offerts et même la survie de certains organismes communautaires.

Christine Labrie craint pour les organismes communautaires

Christine Labrie craint pour les services offerts et même la survie de certains organismes communautaires.

La députée solidaire de Sherbrooke a annoncé qu’elle distribuait 50 000 $ à 27 organismes à la suite de l’appel de projets en lien avec la pandémie de COVID-19.

À LIRE AUSSI: Ottawa annonce un fonds d’urgence de 350 millions $ pour les organismes de charité [VIDÉO + PHOTOS]

Cette somme s’ajoute aux 10 000 $ annoncés en mars dernier pour aider Moisson Estrie.

« Les députés de tous les partis font du mieux qu’ils peuvent pour venir en aide aux organismes de leur circonscription à partir d’un fonds discrétionnaire. Cependant, c’est loin d’être à la hauteur des besoins. Les organismes communautaires étaient déjà confrontés à un manque de financement chronique », signale la députée de Sherbrooke.

Au cours des dernières semaines, Christine Labrie a accueilli les doléances de nombreux organismes dont les pertes de revenus s’additionnent à de nouveaux besoins qui doivent être comblés en ces temps de pandémie de COVID-19.

Christine Labrie mentionne avoir reçu des demandes totalisant plus de 125 000 $.

« Les demandes des organismes visent à répondre à des besoins de base, offrir des repas, fournir du matériel aux familles qui ont un enfant à besoins particuliers, offrir du soutien téléphonique ou virtuel aux citoyens. Il y avait beaucoup de demandes pour du matériel informatique permettant aux organismes d’offrir leurs services à distance, ou de répondre aux besoins des personnes qu’ils hébergent. Les investissements en matériel faits dans les prochains jours vont être très utiles même après la crise. Je reste quand même inquiète, parce que l’enveloppe supplémentaire de fonds discrétionnaires qu’on reçoit pour soutenir les organismes ne permettra pas du tout de combler leurs besoins, ni même une fraction de ces besoins », soulève Christine Labrie.

Étant donné que les campagnes de financement sont plus difficiles et que cela s’ajoute à un sous-financement chronique, elle craint que certains organismes doivent diminuer davantage leurs services, coupent certains postes ou limitent leurs heures d’ouverture.

« Je m’inquiète pour des organismes comme le Partage Saint-François dont le manque de revenus est tangible notamment par la fermeture de leur magasin », indique la députée de Sherbrooke.

Les députés caquistes ont d’ailleurs remis 5000 $ au Partage Saint-François la semaine dernière.

Le caucus estrien de la CAQ composé des députés Geneviève Hébert, André Bachand, François Jacques et Gilles Bélanger ont soutenu la semaine dernière l’initiative de chapiteau d’accueil mis en place au Partage Saint-François en collaboration avec la Ville de Sherbrooke, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS, les organismes de la table sur l’itinérance et la Fondation Rock-Guertin.