Cellulaire en main, le fils de Christine Labrie, Samuel Lamarre, 8 ans, a pris une photo du caucus de Québec solidaire après son assermentation, mercredi au Salon rouge de l’Assemblée nationale. Mme Labrie est entourée de Ruba Ghazal, Sol Zanetti, Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé.

Christine Labrie : une voix forte pour Sherbrooke

QUÉBEC — C’est avec « effervescence et fébrilité » que Christine Labrie a fait son entrée à l’Assemblée nationale.

Après avoir prêté serment à la reine d’Angleterre en privé, la nouvelle députée de Sherbrooke a été accueillie avec les neuf autres membres du caucus du Québec solidaire par une ovation de plus de deux minutes au salon Rouge de l’Assemblée nationale à Québec.

Lire aussi: Les 10 élus solidaires refusent de prêter serment à la reine en public

Sous le regard de ses enfants, son conjoint et ses parents, Christine Labrie est devenue officiellement, mercredi, la députée de la circonscription de Sherbrooke. 

« Une voix douce. Une voix forte pour ma région natale. Christine, tu as fait mentir tous les pronostics le 1er octobre dernier. Je veux assurer tout le monde qu’elle va continuer à le faire », a souligné la co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé en présentant Christine Labrie dans la « maison du peuple ».

La femme de 31 ans a été émue à quelques reprises lors de cette cérémonie hors du commun où les députés de Québec solidaire ont prêté en commun le serment d’allégeance au peuple québécois.

Le traditionnel et obligatoire serment d’allégeance à la reine, qualifié « d’archaïque et franchement désagréable » par Manon Massé, a été tenu en privé. 

 « C’était très touchant de voir mes parents et les membres de l’équipe réunis ici », a indiqué Christine Labrie à sa sortie du Salon rouge de l’Assemblée nationale.

Comme les autres députés solidaires, Christine Labrie a été touchée lors de l’hommage rendu aux fondateurs du parti Françoise David et Amir Khadir, présents lors de la cérémonie d’assermentation des dix députés solidaires.

« Je suis Québec solidaire depuis très longtemps. J’avais fondé comme citoyenne beaucoup d’espoir en Amir et Françoise. Ils ne m’ont jamais déçue. Faire partie de la relève de ces personnes inspirantes, c’est un privilège », affirme Christine Labrie.

C’est la deuxième fois depuis les élections générales du 1er octobre dernier que les députés solidaires se réunissaient.

« Nous étions très heureux de nous revoir et nous avons très hâte de travailler ensemble. Nous sommes en train de nous répartir les dossiers. Nous discutons de leur répartition à dix et nous pourrons l’annoncer bientôt », indique Christine Labrie.


Plus près du centre-ville

Elle compte ouvrir son bureau de circonscription avant le début des travaux parlementaires.

« Je rencontre bientôt Luc Fortin pour discuter de la transmission des dossiers. Je suis ravie qu’il collabore. Je vise à me rapprocher du centre-ville de Sherbrooke pour le bureau de comté avec un accès pour les personnes à mobilité réduite », signale Mme Labrie.

Seule députée solidaire au sud de Montréal et baignée dans une mer caquiste, Christine Labrie assure qu’elle défendra les intérêts des Sherbrookois.

« Il me fera plaisir de collaborer avec Geneviève Hébert et André Bachand dans nos dossiers communs afin d’aller chercher des gains pour Sherbrooke. Nous voulons tous travailler pour le bien des Sherbrookois et Sherbrookoises. Je veux aussi travailler sur les bases de Québec solidaire en Estrie pour faire encore plus de percées en région. Les gens m’ont élue parce qu’ils me faisaient confiance afin que je me batte pour eux. Je vais honorer cette confiance de mon mieux. Québec solidaire est capable de faire avancer les politiques du gouvernement par le travail parlementaire même sans être au pouvoir », signale Mme Labrie qui a déjà commencé à discuter de projets de transport en commun avec le président de la STS.

Manon Massé a lancé un message aux députés solidaires.

« Notre équipe va avoir une attitude qu’elle a toujours eue, une opposition constructive, prête à tendre la main, bien sûr, à nos adversaires lorsque les intérêts des Québécois et Québécoises le nécessitent, mais une opposition implacable lorsque le gouvernement élu laissera tomber le flambeau du changement pour s’adonner aux vieilles pratiques, nous serons sur leur chemin, parce que, vous savez, le seul lobby qui a l’oreille des solidaires, c’est celui du peuple », a assuré Manon Massé.

Un rôle important attend Christine Labrie

« Ma mère est à Québec pour surveiller le premier ministre. »

Avec toute la candeur de ses huit ans, Samuel Lamarre a décrit à sa façon le travail que sa mère Christine Labrie s’est engagée à accomplir au cours des quatre prochaines années comme députée de Sherbrooke.

Et le co-porte-parole et leader parlementaire de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois vient en quelque sorte lui donner raison.

« Ce que les gens de Sherbrooke ont besoin, ce n’est pas d’un député du bord du pouvoir qui vient défendre les décisions du gouvernement dans la région même quand elles sont mauvaises. Ce que les gens de Sherbrooke ont besoin, c’est d’un député de Sherbrooke qui va aller défendre à Québec les préoccupations locales », a expliqué Gabriel Nadeau-Dubois à La Tribune après l’assermentation des députés solidaires, mercredi.

S’il est trop tôt pour qu’un rôle précis soit attribué à Christine Labrie, ce dernier assure qu’il sera important.

Avec Émilise Lessard-Therrien de la circonscription de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Christine Labrie est la seule autre députée de Québec solidaire à avoir été élue dans les régions.

« Il va être important de mettre de l’avant nos candidatures qui sont issues des régions. Émilise et Christine vont avoir un gros rôle et de grandes responsabilités parce que c’est maintenant la réalité de Québec solidaire en 2018 ; celui d’être un parti enraciné partout », assure M. Nadeau-Dubois.

Il affirme que Québec solidaire espérait cette percée dans les régions, particulièrement à Sherbrooke où le parti y a travaillé pendant la campagne électorale.

« C’est un comté que nous avions ciblé, nous y sommes allés souvent et nous y avons investi beaucoup d’énergie. Il y avait une belle mobilisation sur le terrain », estime Gabriel Nadeau-Dubois.

Famille fière

La mère de nouvelle députée, Lina Saint-Jean, était sans mot pour décrire sa fierté de voir sa fille faire son entrée à l’Assemblée nationale du Québec.

« Je souhaite qu’elle défende les valeurs de protection de l’environnement », a signalé Mme Saint-Jean après la cérémonie d’assermentation.

Cette thématique de lutte aux changements climatiques, Manon Massé l’a martelée dans le point de presse qui a suivi l’assermentation des députés solidaires.

Entouré de leurs enfants, Ulysse, 10 ans, Samuel, 8 ans, et Eva, 6 ans, le conjoint de Christine Labrie, Mathieu Poulin-Lamarre constatait le résultat de tous les efforts investis en famille et avec l’équipe de Québec solidaire durant la campagne électorale.

« Nous réalisons maintenant tous que c’est vrai. Toute l’énergie investie en a valu le coup », estime Mathieu Poulin-Lamarre.

« Je savais que ma mère allait gagner. Je suis content qu’elle soit à Québec », ajoute Ulysse, l’aîné de la nouvelle députée de Sherbrooke.