On aperçoit sur ce plan d’implantation les futurs Carrefour du savoir et pavillon de médecine de précision et de recherche translationnelle.

Carrefour du savoir: l'UdeS plonge sans le feu vert de Québec

L’Université de Sherbrooke a franchi un pas de plus dans le dossier d’un futur Carrefour du savoir à la faculté de médecine et des sciences, un projet évalué à 9,5 M $.

Même si elle n’a pas encore obtenu le feu vert de Québec pour la construction de ce carrefour, elle va de l’avant avec l’engagement des professionnels qui dessineront ce futur bâtiment.

Au moment de l’entrevue la semaine dernière, l’UdeS s’apprêtait à lancer les appels d’offres.

Ce futur carrefour est en quelque sorte la version 2.0 de la bibliothèque actuelle, construite en 1966. Sise au premier étage et au sous-sol de la faculté de médecine de l’UdeS, elle est aujourd’hui complètement désuète.

Ce carrefour est lié à la création du pavillon de médecine de précision et de recherche translationnelle, un projet de 35,5 M $ qui a eu l’appui du gouvernement l’été dernier. Le pavillon sera construit sur le site de la faculté de médecine et du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, juste devant l’Institut de pharmacologie de Sherbrooke. 

Selon les plans dans les cartons de l’institution, le carrefour de quelque 2000 mètres carrés sera lié par une passerelle au nouveau pavillon. 

« On avait un don de 1 M $ de la Société des médecins de l’UdeS. C’est cet argent-là qu’on va utiliser pour faire l’appel d’offres (NDLR : pour engager les professionnels qui dessineront le carrefour du savoir) [...].  

On a déjà eu l’appel d’offres avec les professionnels qui sont engagés pour dessiner le pavillon de médecine de précision et de recherche translationnelle. En ayant les deux appels d’offres lancés, on va pouvoir les faire travailler ensemble et harmoniser le concept », explique Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures à l’UdeS. 

« On pense qu’on a un bon dossier [...]) C’est la même bibliothèque que lorsqu’ils ont construit dans les années 1960. Il n’y a rien qui a changé. » Aux yeux de M. Perreault, le fait de lancer les appels d’offres sans avoir obtenu le feu vert de Québec constitue un « microrisque », étant donné que le dossier est bien ficelé et qu’il s’avère nécessaire.

« Si le gouvernement nous faisait attendre, on pourrait se retrouver avec des plans faits, mais ne pas avoir la subvention du ministère de l’Éducation. » 

Le pavillon de près de 10 000 mètres carrés pourrait ouvrir ses portes en 2022. Si « tout allait très bien », le Carrefour du savoir pourrait quant à lui être livré pour la fin 2020 ou quelque part en 2021, celui-ci étant moins complexe à construire.

Des classes pourraient être faites à la place de la bibliothèque si le projet de carrefour va de l’avant, mais il s’agit encore d’un scénario pour le moment.

Des discussions ont eu lieu entre l’UdeS et le CIUSSS de l’Estrie-CHUS sur l’utilisation des espaces de stationnement, puisque la construction doit empiéter sur des cases. 

Le CIUSSS a agrandi son stationnement et de nouvelles places doivent être créées devant le Pavillon de recherche appliquée sur le cancer (PRAC) (le bâtiment bleu sur le site du campus de la santé), indique M. Perreault. 

« Selon la première estimation, le projet recouvrait autour de 125 cases, et tout près de 300 cases, autour de 250, doivent être ajoutées alentour du PRAC... » Il rappelle du même coup qu’il s’agit de croquis pour le moment, de sorte que les données pourraient varier.

Peu de places de stationnement étaient disponibles aux abords du PRAC, de sorte que les employés de ce pavillon pourront se stationner plus près. « Ça va libérer des espaces aux alentours de la faculté », note le vice-recteur.   

La faculté de médecine compte près de 4000 étudiants.