Le ministre Jean-Marc Fournier estime que Québec a rempli sa part du contrat politique dans le difficile dossier de la légalisation du cannabis.

Cannabis: Ottawa «manque de respect», dit le ministre Fournier

Le ministre Jean-Marc Fournier qualifie de «manque de respect» à l’égard du Québec le refus réitéré mercredi par Ottawa de permettre aux provinces d’interdire la culture de cannabis à domicile. Non à cette interdiction, a encore dit le premier ministre Justin Trudeau. «Il faudra s’en souvenir», a lâché le responsable des Relations canadiennes du gouvernement Couillard.

«On se serait attendu à un respect réciproque de la part du fédéral», a dit Jean-Marc Fournier. Il estime que Québec a rempli sa part du contrat politique dans ce difficile dossier. Son gouvernement a «respecté» la décision des libéraux fédéraux de légaliser le cannabis.

«Si on respecte l’exercice de leurs compétences, ils devraient respecter l’exercice de nos compétences. S’il est légitime pour Ottawa de décider en vertu du Code criminel de décriminaliser, il est aussi légitime, et ça fait partie de nos compétences, de régler les questions de commercialisation et de production.»

Pour M. Fournier, avec «zéro plant» chez eux, les citoyens québécois «n’auront cependant aucun problème», puisque la législation fédérale n’oblige quand même personne à cultiver de la marijuana.

La ministre québécoise Lucie Charlebois affirme que de toute façon, c’est la loi québécoise qui prévaudra — loi qui, elle, prévoit une stricte interdiction à cet égard.

Il est fort probable que les tribunaux seront appelés à trancher entre les deux législations, surtout pour les citoyens québécois qui voudront s’appuyer sur la loi fédérale pour faire pousser jusqu’à quatre plants chez eux.

Pour le péquiste Nicolas Marceau, l’affaire est entendue : «Après la Davie, les pipelines, le rapport d’impôt, le gouvernement fédéral montre encore qu’il n’a aucune considération pour les élus du Québec.»

«C’est la preuve de l’échec du gouvernement libéral à faire respecter la volonté québécoise. J’imagine, a aussi lancé M. Marceau aux membres du gouvernement Couillard, que vous allez nous dire que vous êtes encore fiers d’être Canadiens.»

M. Fournier a noté qu’il peut y avoir des différends dans une fédération, y compris importants, sans tout remettre en question. Les choses évoluent, a-t-il fait valoir.

Le Québec et le Sénat liés

Mercredi matin, à Ottawa, la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, a confirmé que son gouvernement rejette la proposition d’amendement du Sénat qui aurait permis aux provinces d’interdire la culture de cannabis à domicile; de fixer elles-mêmes les règles en la matière.

Mme Petitpas Taylor a expliqué que permettre la culture d’un maximum de quatre plans à domicile répond à un objectif de santé publique, parce que cette possibilité éloignerait des consommateurs du marché noir et du crime organisé.

À l’Assemblée nationale, seul Québec solidaire partage ce point de vue.

Au Sénat, de nombreux sénateurs, parmi lesquels Claude Carignan et Raymonde Saint-Germain, se disent prêts à en découdre avec le gouvernement Trudeau pour faire valoir la compétence des provinces dans ce dossier. Le Manitoba a lui aussi décidé d’interdire toute culture de cannabis à domicile.