Andrew Scheer

Cannabis: les conservateurs «concentrés sur le but de bloquer» C-45, dit Scheer

Le projet de loi sur la légalisation du cannabis ne passera pas comme une lettre à la poste au Sénat: le caucus conservateur est «concentré sur le but» de le «bloquer», prévient Andrew Scheer.

Le chef conservateur a signalé que les sénateurs conservateurs, bien que dorénavant minoritaires à la chambre haute, useront de «tous les outils démocratiques» pour atteindre leur objectif.
Le projet de loi C-45 doit être mis aux voix en troisième lecture au début de la semaine prochaine à la Chambre des communes, où il devrait aisément être adopté grâce à la majorité libérale.
Le gouvernement Trudeau, qui veut légaliser la substance en juillet 2018, a fait adopter une motion d'attribution de temps pour envoyer le plus rapidement possible la balle dans le camp du Sénat.
Or, à la chambre haute, les règles procédurales sont différentes - on ne peut limiter le débat, entre autres - et les conservateurs sont passés maîtres dans l'art de les utiliser à leur avantage.
«Nous sommes maintenant concentrés sur le but de bloquer ce projet de loi. Notre caucus pense que ce projet de loi a de gros problèmes», a-t-il tranché en entrevue téléphonique depuis Montréal.
Le chef Scheer n'a pas voulu préciser quelle stratégie serait mise à profit par le caucus du Parti conservateur au Sénat.
«Il y a des outils démocratiques dans notre système. Nous n'avons pas une majorité au Sénat en ce moment, mais on a des outils pour proposer des amendements, au minimum», a-t-il offert.
Les débats à la chambre haute, a-t-il projeté, ne dureront pas «seulement un ou deux jours», mais bien potentiellement «quelques mois».
La réalité, cependant, demeure qu'un blocage au Sénat pourrait indisposer les provinces et les territoires, qui ont reçu le mot d'ordre du fédéral d'être prêts pour juillet 2018.
Il est donc improbable que le projet de loi C-45 meure à la chambre haute.
Le Saskatchewanais, qui est farouchement opposé à la légalisation du cannabis, n'a pas voulu dire ce qu'un gouvernement conservateur ferait de ce dossier s'il prenait le pouvoir en 2019.
Au printemps dernier, le lendemain de son élection comme chef du Parti conservateur, il avait laissé entendre qu'il faudrait vivre avec la légalisation du cannabis.
«Si la marijuana est légale depuis deux ans, on doit avoir une approche réaliste», disait Andrew Scheer le 28 mai dernier.
Il a refusé de répéter ces propos lors de l'entretien qu'il a accordé à La Presse canadienne, jeudi après-midi, alors qu'il sortait d'une rencontre avec la mairesse de Montréal, Valérie Plante.