Éric Caire est déçu que le gouvernement fédéral n’ait pas réservé de sommes dans son budget pour le centre de prédédouanement américain de l’aéroport de Québec.

Caire invite Proulx à «slaquer les dédicaces»

Le député de la Coalition avenir Québec (CAQ) Éric Caire invite le ministre libéral Sébastien Proulx à «slaquer les dédicaces» pour s’occuper des dossiers régionaux.

M. Caire est déçu que le gouvernement fédéral n’ait pas réservé de sommes dans son budget pour le centre de prédédouanement américain de l’aéroport de Québec. Et encore plus que le ministre Proulx ne soit pas monté aux barricades pour réclamer ce que la CAQ considère comme un dû.

Le député de La Peltrie juge «inacceptable» que l’aéroport de Québec doive payer pour les frais d’exploitation du futur centre alors que les aéroports canadiens offrant déjà le prédédouanement n’y sont pas contraints. Il comprend l’offre formulée jeudi par Gaëtan Gagné, le grand patron de l’aéroport international Jean-Lesage, et croit que l’administration aéroportuaire mérite «un coup de pouce». 

«Je suis extrêmement déçu du fédéral et en colère contre notre ministre de la Capitale-Nationale qui devrait peut-être slaquer les dédicaces et commencer à s’occuper de la région un peu», a lancé le caquiste, en référence à la publication du livre Un Québec libre est un Québec qui sait lire et écrire

>> Lire aussi: Centre de prédédouanement: Ottawa et Québec repoussent la facture et Proulx espère faire bouger le monde de l’éducation avec son livre

Éric Caire s’amusait à qualifier le ministre François Blais de «fantôme» quand celui-ci était responsable de la région. «M. Proulx n’est pas tellement mieux», dit-il maintenant. 

M. Caire est imperméable à l’argument voulant que les dirigeants de l’aéroport de Québec étaient au courant des nouvelles règles imposées par le gouvernement américain. «Je trouve ça un peu fallacieux comme prétexte de dire qu’on a changé les règles du jeu alors qu’on sait à quel point c’est vital pour Québec, pour l’expansion de Québec, pour les nouveaux vols et les nouveaux marchés d’avoir ce centre de prédédouanement», martèle-t-il. 

Le député de la deuxième opposition a terminé son intervention par des louanges pour le défunt gouvernement Harper: «Je ne veux pas faire de politique fédérale, mais il faudra admettre que la région de Québec a été mieux servie par le gouvernement conservateur que libéral.»