Annie Godbout
Annie Godbout

Budget: silence sur les projets ciblés

Dans son budget de fonctionnement adopté lundi, la Ville de Sherbrooke prévoit consacrer 4,7 M$ pour des « demandes additionnelles », des projets nouveaux que les élus ont acceptés. Quels sont ces projets? Impossible d’en avoir une liste détaillée, si ce n’est qu’un regroupement selon des thèmes génériques.

On apprend donc que 500 000 $ seront injectés pour des mesures environnementales. On prévoit aussi 600 000 $ pour les sports, la culture et la vie communautaire. Nulle part dans les documents présentés lors de la séance du conseil municipal a-t-on précisé, par exemple, que dans le budget réservé aux sports, 100 000 $ serviront à améliorer les installations de SherGym, à l’Édifice d’Expo-Sherbrooke. Le président du comité sport et plein air, Vincent Boutin, l’a néanmoins confirmé.

À la demande officielle de détailler les dépenses projetées par la Ville dans son budget de fonctionnement, qui prévoit une hausse de taxes moyenne de 5,92 % pour les Sherbrookois, le Service des communications répond : « Les détails des demandes additionnelles ne sont pas disponibles. Comme ces projets peuvent changer en cours d’année, être modifiés ou remplacés par d’autres, nous préférons parler plutôt de grandes sphères d’intervention. »

Les projets inscrits au plan triennal d’immobilisation, donc les interventions qui nécessiteront des emprunts au cours des trois prochaines années, sont pourtant rendus publics même s’ils doivent tous être réapprouvés à la pièce par le conseil municipal.

Vincent Boutin

Interpellé sur la situation, le maire Steve Lussier s’est d’abord montré surpris. « Je vais m’informer, parce que c’est l’argent du public. C’est partie intégrante du budget. Je serais surpris que les projets adoptés soient remplacés par d’autres. J’ai demandé qu’on fasse des vidéos explicatives pour tenir les gens au courant tout au long de l’année des projets. Je veux expliquer aux gens, pour chaque projet, ce qui en est. J’ai senti pour la première fois que les citoyens veulent voir ce qui est attaché aux chiffres du budget. Je suis un maire transparent. Le plus souvent qu’on est capables de donner des informations, on va le faire. »

« Au fur et à mesure »

Vérification faite, l’attaché de presse du maire, Sylvain Vessiot, fournit la même réponse que le Service des communications. « Ce sera annoncé toujours au fur et à mesure en fonction des projets tel que les années passées! »

La conseillère Annie Gobdout, qui exige des outils de suivi des dépenses budgétaires depuis plusieurs années, s’est montrée surprise des réponses obtenues par La Tribune. « Il faut faire preuve de transparence. Il y a plusieurs choses qu’on aurait pu mieux expliquer aux citoyens par rapport au budget. Je suis très déçue de l’ensemble des communications autour du budget et je l’ai exprimé à mes collègues. Ce n’est plus suffisant de dire que je veux des outils d’aide à la décision, il faut maintenant que j’arrive à nommer précisément ce que je veux, parce qu’on ne semble pas savoir comment nous y prendre. »

Vincent Boutin comprendrait qu’on refuse de divulguer les demandes additionnelles des services qui ont été rejetées par les élus. « Celles qui ont été acceptées, je n’ai aucun malaise à les rendre publiques parce que l’argent des citoyens sert à de nouveaux projets. Je trouve curieux que ce ne soit pas fait et on devrait le faire. »

Évelyne Beaudin

Évelyne Beaudin tient des propos semblables. « C’est un problème d’accès à l’information important. Je ne comprends pas comment on peut se permettre de refuser cet accès à l’information. Il y a des projets réguliers qui vont bouger en cours d’année. Ce n’est pas une excuse, selon moi, pour bloquer l’accès à l’information. Les gens ont le droit de savoir quelles demandes nous avons eues et pourquoi elles ont été acceptées ou rejetées. Si les débats sur le budget étaient publics comme je l’ai demandé il y a un an, peut-être n’aurions-nous pas à faire toutes ces démarches pour obtenir une information cruciale à la population. »

+

100 000 $ pour SherGym

Des améliorations seront apportées à l’Édifice d’Expo-Sherbrooke. Les 100 000 $ approuvés au budget de fonctionnement par le conseil municipal permettront d’aménager des fosses d’entraînement pour le club de gymnastique SherGym.

« La demande était double. Le projet total est d’environ 200 000 $. SherGym met 80 000 $ de son côté. La Ville met 100 000 $ en budget de fonctionnement et 25 000 en immobilisations », résume le président du comité sport et plein air à la Ville de Sherbrooke, Vincent Boutin.

Les fosses d’entraînement seront mobiles et pourront être déménagées si le club devait changer de bâtiment. « Nous sommes en train de travailler avec le club sur les plans finaux de ces constructions pour voir comment ce sera développé. Nous pourrons aller de l’avant au courant de l’hiver. C’est une bonne nouvelle de pouvoir sécuriser les entraînements. Nous pourrons aussi revoir l’espace à l’intérieur pour que ce soit plus convivial, moins conscrit, dans l’optique de déposer un projet pour des subventions dans le courant de l’année. »

À court terme, il est donc question de sécuriser le bâtiment. La Ville se tournerait ensuite vers l’entente bilatérale intégrée, un programme financé par Québec et Ottawa qui permet d’investir dans des infrastructures municipales comme l’Édifice d’Expo-Sherbrooke. « C’est très intéressant parce que nous pourrions donner une cure de jeunesse à ce bâtiment en n’en payant que le tiers. Il faut déposer un projet d’ici le 21 février. Nous sommes en train de peaufiner tout ça. »

1800 membres

Vincent Boutin explique que la pratique de la gymnastique nécessite une grande superficie et des plafonds hauts. « C’est la raison pour laquelle Expo-Sherbrooke demeure l’endroit de prédilection. En plus, ça nous permet de consolider le pôle sportif du plateau Sylvie-Daigle. C’était important de ne pas travailler dans le vide. Nous avons travaillé pour que les aménagements puissent être déplacés si nécessaire. »

Les planchers devraient par ailleurs être nivelés pour que les appareils au sol soient droits. 

La gymnastique à Sherbrooke compte 1800 membres affiliés.

La Ville avait déjà déposé une demande de subvention en 2018. Il était alors question d’un agrandissement à même le périmètre existant pour l’ajout de blocs sanitaires avec vestiaires. Le stationnement et l’éclairage extérieur devaient être refaits dans de ce projet. La rénovation, qui devait allonger la durée de vie du bâtiment de 40 ans, devait prendre 12 mois. Le projet de la Ville n’avait toutefois pas été retenu.

La rénovation complète de l’Édifice d’Expo-Sherbrooke nécessiterait des investissements de 6 M$.