« Justin [Trudeau] nous a dit, à nous les députés, qu’il souhaitait tous nous ravoir pour la prochaine élection. Moi, c’est clair que je serai candidat une nouvelle fois », souligne Denis Paradis.

Brome-Missisquoi: Paradis contesté par des militants

Des candidatures nombreuses, des centaines de nouveaux membres et une assemblée générale reportée à quelques jours d’avis seulement. Il ne manque visiblement pas d’action chez les militants libéraux de la circonscription fédérale de Brome-Missisquoi.

L’association de circonscription du Parti libéral du Canada (PLC) dans Brome-Missisquoi devait tenir une assemblée générale jeudi. Cependant, la rencontre prévue a été annulée par le parti à la fin de la semaine dernière, ce qui a déplu à des militants désireux de siéger au comité de direction de l’association au cours des mois à venir.

Souhaitant donner un nouveau souffle à l’association libérale de Brome-Missisquoi, des militants ont formé un groupe qu’ils ont baptisé « l’équipe du renouveau ».

Appartenant à cette équipe, Guillaume Tétreault soutient que l’annulation de la réunion a potentiellement été réclamée par le député libéral de Brome-Missiquoi, Denis Paradis, qui souhaite se présenter à nouveau aux élections fédérales de 2019.

« Les députés libéraux actuels ont des conditions à remplir s’ils veulent se représenter en 2019 et, selon ce qu’on en sait, M. Paradis travaille là-dessus présentement. On pense qu’on lui laisse du temps pour rencontrer toutes ces conditions », indique M. Tétreault.

Conseillère aux communications au PLC, Elyse Surette-DiMuzio contredit toutefois la version du militant. « L’assemblée générale a été reportée tout simplement parce que le nombre de militants est en forte croissance dans la circonscription de Brome-Missisquoi. On est ravi de voir ça, mais on savait que la salle réservée pour la rencontre serait trop petite. Il fallait en trouver une autre », explique-t-elle.

D’après les informations obtenues, des centaines de résidants du secteur de Brome-Missisquoi auraient joint les rangs des libéraux au cours des trois dernières semaines.

Mme Surette-DiMuzio ignore quand la prochaine assemblée générale aura lieu dans la circonscription. Elle laisse entendre que les militants seront avisés dès qu’une salle suffisamment grande aura été réservée.

Changement souhaité

Guillaume Tétreault ne le cache pas, « l’équipe du renouveau » espère du changement au sein de l’association libérale de Brome-Missisquoi. Il se montre critique envers Denis Paradis, mais assure qu’il n’est pas déterminé à lui barrer la route.

« Je considère qu’on a besoin de changement. Présentement, la garde rapprochée du député, qui comprend sa fille et certains de ses employés, prend beaucoup de place. Je considère que c’est problématique puisque ces gens n’osent sûrement pas trop critiquer quand des problèmes surviennent. Nous, on veut des débats », explique-t-il.

Souhaitant devenir le futur président de l’association libérale de Brome-Missiquoi, M. Tétreault révèle également que son équipe aimerait qu’une investiture soit possible dans cette circonscription. « On désirerait que d’autres personnes soient autorisées à se présenter contre M. Paradis, si elles en ont le goût. Ça deviendrait comme un vote de confiance pour le député. »

Paradis y voit un « signe de vitalité »

Le député Denis Paradis affirme ne pas être inquiet malgré la formation de « l’équipe du renouveau », un groupe de militants qui souhaitent occuper des postes au comité de direction de l’association libérale de la circonscription de Brome-Missisquoi.

« C’est un signe de vitalité quand beaucoup de gens ont le goût de s’impliquer de cette façon », déclare M. Paradis, tout en affirmant qu’il se sent toujours bien appuyé par les citoyens de sa circonscription.

Parmi les personnes désirant être élues au comité de direction à la prochaine assemblée générale, on retrouve trois membres du personnel du député ainsi que sa fille Marie-Florence Crevier-Paradis. Ces personnes ne sont évidemment pas membres de « l’équipe du renouveau », laquelle est composée de 11 candidats.

« Des membres du personnel de députés font partie des comités de plusieurs circonscriptions. Ce n’est pas inhabituel et ce genre de candidature respecte les règles », soutient Denis Paradis.

Quoi qu’il soit, M. Paradis a pris sa décision : il a l’intention d’être candidat lors des prochaines élections fédérales, prévue en 2019. Et il a déjà amorcé son travail en vue de représenter à nouveau le Parti libéral du Canada dans Brome-Missiquoi l’an prochain.

« Justin nous a dit, à nous les députés, qu’il souhaitait tous nous ravoir pour la prochaine élection. Moi, c’est clair que je serai candidat une nouvelle fois », assure-t-il.

Pour avoir le droit de se présenter sous la bannière libérale en 2019, les députés libéraux élus doivent remplir certaines conditions avec l’aide de leur association de circonscription. On leur demande notamment de « cogner à 3500 portes ou d’effectuer 5000 appels téléphoniques » et de recruter une trentaine de nouveaux donateurs mensuels.

« On a commencé le travail pour remplir les conditions et on est très avancé dans le processus », révèle Denis Paradis, en ajoutant être en période de recrutement de militants.