Le maire Steve Lussier et la présidente du comité exécutif, Nicole Bergeron, ont pris note des récriminations de leur collègue.

Boutin déplore l’empressement des indépendants

Le conseiller Vincent Boutin a déploré à nouveau publiquement lundi de ne pas avoir été informé de la démarche de ses collègues indépendants pour demander une révision du financement des partis politiques. Le maire Steve Lussier et la présidente du comité exécutif, Nicole Bergeron, ont pris note des récriminations de leur collègue.

« Dimanche passé, quelle ne fut pas ma surprise de recevoir l’appel d’un journaliste me demandant de commenter une lettre signée par 12 conseillers indépendants, deux conseillers d’arrondissement et le maire de Sherbrooke demandant au ministre Coiteux de revoir le financement des budgets de cabinet. Sur le fond, je suis très à l’aise avec la démarche. C’est vrai qu’il peut y avoir des incongruités », dit Vincent Boutin.

« Toutefois, sur la forme, je veux vous dire que j’ai eu un malaise avec la façon dont ça s’est fait. J’aurais aimé, par respect, être informé de la démarche. Je suis sûr que ce n’était pas fait de mauvaise foi, mais je tiens à exprimer mon inconfort. Mon deuxième inconfort vient du fait que la lettre provient du cabinet de la mairie, ce qui peut laisser prétendre que c’est une décision du conseil municipal, ce qui n’est pas le cas. » M. Boutin est néanmoins conscient qu’un vote du conseil aurait probablement été largement majoritaire.

« Monsieur Lussier, vous avez dit que vous étiez le maire de tous les Sherbrookois. [...] Je ne voudrais pas avoir l’impression que les conseillers issus de partis politiques sont traités différemment. »

Nicole Bergeron a dit prendre note du commentaire du chef du Renouveau sherbrookois. « Les choses sont allées tout simplement trop vite. Ce qu’on aurait souhaité, c’était de faire une résolution du conseil municipal, mais le ministre Coiteux demandait rapidement l’envoi d’un document écrit. Il faut le voir comme la prolongation de ce qu’on avait déjà initié avec des élus indépendants à travers le Québec. Il n’y a pas eu de mauvaise volonté. C’est correct que ça porte le logo de la Ville. C’est une lettre officielle. On avait vérifié sur le plan légal si on pouvait le faire de cette façon-là. Si d’autres actions sont entreprises par le groupe des indépendants, on vous tiendra au parfum. »

Steve Lussier a dit être conscient de ce qui est arrivé. « Je vous ai bien écouté. J’espère que vous avez pleinement confiance et que ce sera réciproque. Je vous ai donné cette semaine la vice-présidence de la table des maires. Vous avez toute ma confiance. Je vous vois dans la salle comme un indépendant, tout comme Mme [Évelyne] Beaudin. »