Le ministre de l’Environnement Benoit Charette

Bienvenu ou pas, le ministre Benoit Charette ira marcher pour le climat [VIDÉO]

Le ministre de l’Environnement Benoit Charette maintient sa participation à la marche pour le climat à Montréal le 27 septembre, même si l’un des groupes à l’origine de cette initiative lui a fait savoir qu’il n’est pas le bienvenu.

«Je relativise. Il y a un groupe parmi une coalition de quelques dizaines de groupes qui a manifesté sa prise de position. Ce n’est pas une prise de position qui est partagée», a-t-il réagi jeudi en mêlée de presse.

M. Charette a modifié son agenda en début de semaine pour être en mesure de représenter le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) à la Journée mondiale de mobilisation pour le climat, à laquelle participe aussi la jeune militante suédoise Greta Thunberg. 

Mercredi soir, le collectif La planète s’invite au parlement a fait savoir dans une publication Facebook que le ministre Charette n’est pas le bienvenu et qu’il doit plutôt retourner faire ses devoirs. «Vous êtes responsable, autant que les gouvernements qui vous précèdent, de la crise dans laquelle nous sommes actuellement. Votre gouvernement ne s’enligne aucunement pour mettre en place les mesures qui sont nécessaires pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 oC», écrit le collectif. 

À LIRE AUSSI : Le ministre Benoit Charette pas le bienvenu à la marche pour le climat

«C’est un groupe parmi tant d’autres», a réagi M. Charette, qui ne craint pas de devenir une cible. Il n’a pas l’intention de renforcer la sécurité qui l’entourera lors de cette marche. «C’est des marches qui se déroulent dans le calme, des gens qui manifestent pour une cause qui est tout à fait valable, qui est juste. Donc non, je n’ai pas d’inquiétude à ce niveau-là.»

Le ministre caquiste indique que son gouvernement est au travail et pourra être jugé plus tard quant à sa réaction face à la crise environnementale. «On avance et dès le début de l’année 2020, on sera en mesure de présenter un plan tout à fait constructif et réaliste en matière d’environnement.»

Le premier ministre du Québec François Legault a quant à lui confirmé mercredi qu’il ne participera pas au rassemblement, au grand dam des partis d’opposition à l’Assemblée nationale. Avec La Presse canadienne