Les candidates libérales Marie-Claude Bibeau et Lyne Bessette ont annoncé hier qu’elles travailleront pour que les municipalités puissent mieux contrôler les activités se déroulant sur les lacs de leur territoire. On les voit ici discuter avec un défenseur de l’environnement présent lors de leur conférence de presse.

Bibeau et Bessette font équipe

La protection des lacs demeurera une priorité pour la députée sortante de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, si elle est réélue. Et sa collègue libérale Lyne Bessette, qui se présente dans Brome-Missisquoi, a bien l’intention de lui apporter un coup de main dans ce dossier de longue haleine.

« Les associations de lacs de mon comté ont fait appel à moi et je me suis lancée dans ce dossier complexe. Je suis très fière des avancées et je suis déterminée à favoriser d’autres solutions concrètes pour harmoniser navigation et environnement », a déclaré Mme Bibeau lors d’une conférence de presse tenue jeudi à Magog.

La réglementation sur les plans d’eau relève du gouvernement du Canada. Or, le seul élément qui comptait jusqu’à récemment pour le fédéral était la question de la sécurité. Mais les choses changent, selon la députée sortante de Compton-Stanstead.

« Regroupant des riverains du lac Massawippi, Bleu Massawippi a été la première organisation environnementale à obtenir du financement de Transports Canada et, pour une troisième année, cet organisme recueille des données probantes sur l’impact environnemental de la navigation de plaisance tout en expérimentant des solutions innovantes », a noté Marie-Claude Bibeau.

AbonnezvousBarometre

Mme Bibeau ne le cache pas, les municipalités qui souhaitent mieux contrôler la navigation sur leurs plans d’eau doivent carrément effectuer « le parcours du combattant » pour obtenir des aménagements de la part de Transports Canada. Le processus est long et fastidieux. Qui plus est, il se termine le plus souvent en queue de poisson.

« On voudrait avoir un coffre à outils de règlements préapprouvés pour répondre aux différents besoins des municipalités », souligne notamment la députée sortante quand on lui demande quelle serait la prochaine étape à franchir d’après elle.

Tout comme sa collègue, Lyne Bessette se range du côté des intervenants locaux dans ce dossier. « Les élus municipaux ont le devoir de protéger leur environnement et, dans plusieurs cas, leur source d’eau potable. Le nautisme intelligent, tel qu’on le conçoit, tient compte des caractéristiques du plan d’eau et des intérêts des différents utilisateurs », a soutenu Lyne Bessette.