Diane Lebouthillier

Berthold reproche à la ministre Lebouthillier son unilinguisme

OTTAWA - La seule unilingue francophone du cabinet Trudeau, Diane Lebouthillier, a été outrée de se faire reprocher par un député conservateur - un élu du Québec, de surcroît - de privilégier la langue française dans ses interventions à la Chambre des communes.

Lors de la période de questions, mardi après-midi, celle qui suit des cours d'anglais depuis son arrivée sur la colline en 2015 a offert une réponse dans la langue de Molière à un député conservateur de l'Alberta.

Quand son tour de parole est venu, l'élu québécois Luc Berthold a déploré, dans la prémisse de sa question à Diane Lebouthillier, que «nous (les conservateurs) on pose des questions en anglais, en français, mais on a juste des réponses en français par exemple».

La ministre a été piquée au vif, et au moment de répliquer, elle a lancé qu'elle ne serait «jamais gênée de parler français» en tant que «fière Québécoise». Dans les banquettes libérales, on s'est levé d'un bond pour l'applaudir bruyamment.

«Je voudrais faire remarquer à mon collègue qu'il y a des gens du côté des conservateurs qui sont en poste depuis beaucoup plus longtemps que moi et qui ne parlent pas français, qui ne suivent pas de cours de français», a-t-elle réagi en mêlée de presse à sa sortie de la Chambre.

«Moi au moins (...) je suis des cours d'anglais, et je continue d'essayer de pratiquer mon anglais», a argué Mme Lebouthillier, qui n'est toujours pas suffisamment à l'aise d'accorder des entrevues en anglais en raison des «technicalités» liées à son rôle de ministre du Revenu.

«J'ai un souvenir assez intense lorsque (la première ministre québécoise) Pauline Marois, à un moment donné, avait essayé de parler en anglais, puis je peux vous dire qu'elle s'était fait ramasser d'aplomb par les médias», a-t-elle spécifié.

La députée gaspésienne a réclamé des excuses, une demande à laquelle Luc Berthold a accédé à l'issue de la période des questions.

«La raison pour laquelle je me suis excusé, c'est que dans l'émotion (...) peut-être que certaines personnes ont pu percevoir mes propos comme une attaque (contre) Mme Lebouthillier. Ce n'était pas du tout le cas», a-t-il assuré en mêlée de presse.

L'élu de Mégantic-L'Érable a martelé que lui-même se faisait un point d'honneur de parler français dans l'exercice de ses fonctions. «Toutes mes interventions sont en français ici, toutes mes interventions en comité, 99 pour cent de mes interventions, sont en français», a-t-il lancé.

Luc Berthold a par ailleurs fait valoir qu'il avait formulé cette critique parce que Justin Trudeau avait accusé un peu plus tôt les conservateurs de ne pas oser demander en anglais des questions qu'ils posaient en français (au sujet de la déclaration de revenus unique au Québec).

La récrimination conservatrice montre que «les conservateurs prétendent être à l'écoute du Québec», mais qu'ils «ne veulent pas entendre parler français en Chambre», a déploré le bloquiste Mario Beaulieu, ajoutant que «c'est un sale temps pour le français au Canada».

En avril 2016, la ministre Lebouthillier s'était fait reprocher son inconfort à s'exprimer dans la langue de Shakespeare après qu'elle eut décliné une entrevue avec la radio du service anglophone de Radio-Canada.

Cette situation avait laissé perplexes les auditeurs de l'émission «As it Happens», selon le réseau, qui a publié dans la foulée de ce refus un texte intitulé «Les ministres devraient-ils parler les deux langues officielles?».

Cet épisode avait mené l'élue du Québec à conclure que les francophones étaient jugés plus sévèrement pour leur unilinguisme. Au sein du conseil des ministres du gouvernement libéral, environ la moitié des ministres sont unilingues anglophones.