La conseillère Évelyne Beaudin lance une vidéo dans laquelle elle invite la population à signer une pétition pour sauver le boisé Saint-Charles-Garnier.
La conseillère Évelyne Beaudin lance une vidéo dans laquelle elle invite la population à signer une pétition pour sauver le boisé Saint-Charles-Garnier.

Beaudin lance une pétition pour le boisé Saint-Charles-Garnier

La chef intérimaire de Sherbrooke Citoyen, Évelyne Beaudin, reprend le combat pour sauver le boisé Saint-Charles-Garnier, situé à l’extrémité du parc du même nom. Elle lance d’ailleurs une pétition sur le site de son parti politique « pour faire entendre raison au maire de Sherbrooke ».

Dans une vidéo publiée en soirée mercredi, Mme Beaudin révèle que la Ville souhaite vendre ce terrain boisé, propriété de la Ville après un échange de terrains avec la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, « pour qu’un promoteur y construise des maisons unifamiliales ».

« J'ai appris à l’été 2018 que l'intention de la Ville était de vendre les terrain à des promoteurs privés alors qu’il serait juste logique de confirmer l'utilisation actuelle du terrain en agrandissant le parc. L'an passé, plusieurs élus étaient mal à l’aise avec l’idée de vendre des terrains publics pour construire des résidences privées [...] et ils ont retourné les fonctionnaires faire leurs devoirs. Un an plus tard, les fonctionnaires sont revenus avec pratiquement le même dossier. Tant qu’à couper des arbres sur des terrains publics, il faudrait au moins que ce soit pour en faire aider des gens dans le besoin », souligne Mme Beaudin.

Alors que la conseillère proposait la protection complète de cet espace vert en 2018, son collègue Pierre Avard suggérait plutôt d’y construire des logements sociaux. Il y voyait une occasion d’ajouter une mixité dans le quartier.

Évelyne Beaudin semble se rallier à cette idée dans la mesure ou une partie du terrain boisé pourrait être préservée. Elle suggère aussi de construire de beaux logements pour des personnes âgées.

« Il est dommage que nous ayons une vision à court terme où nous pensons seulement au profit de la vente du terrain ou aux taxes qu’il pourrait générer. Nous n’avons pas beaucoup d’espaces verts au milieu de la ville. Il faut les protéger », ajoute Mme Beaudin.

La conseillère argue qu’il ne manque pas de maisons unifamiliales dans le secteur, surtout avec les projets du Groupe Custeau sur le plateau McCrea.

« Je demande depuis longtemps une politique de vente et d’achat de terrains municipaux plutôt que d’avoir une vision à la pièce. On doit tout faire pour faire entendre raison au maire de Sherbrooke. En signant la pétition, on peut encore au moins espérer sauver une partie du boisé. »