Sur les plans présentés le 10 juin, le virage à gauche sur la rue Galt Ouest sera impossible à la hauteur du Centre Sherbrooke en raison de la construction d’un terre-plein.
Sur les plans présentés le 10 juin, le virage à gauche sur la rue Galt Ouest sera impossible à la hauteur du Centre Sherbrooke en raison de la construction d’un terre-plein.

Avard veut une brèche dans le terre-plein de Galt Ouest

SHERBROOKE — Le conseiller du district du Pin-Solitaire, Pierre Avard, veut qu’on écoute les inquiétudes des commerçants de la rue Galt Ouest et qu’on envisage de garder un feu de circulation à l’entrée du stationnement souterrain du Centre Sherbrooke. Dans le plan de revitalisation de la rue Galt Ouest, il est prévu d’empêcher les virages à gauche, entre la rue Belvédère et la rue Alexandre, en construisant un terre-plein.

M. Avard a déploré sur Facebook que les fonctionnaires maintiennent la ligne dure, statuant qu’il est impossible de modifier les plans comportant un terre-plein. En séance d’information le 10 juin dernier, les services municipaux évoquaient entre autres l’ajout d’une piste cyclable et l’élargissement du trottoir, en plus des enjeux de sécurité, pour expliquer la décision de construire un terre-plein. 

« Je n’ai pas de problème à ce qu’on fasse la promotion du transport durable et à ce qu’on aménage des pistes cyclables, mais celle-là tombera dans le néant à la hauteur de la rue Alexandre et sur la rue Belvédère. On veut faire quelque chose adapté pour 2020, mais qui n’est rattaché à rien », commente M. Avard.

Surtout, c’est le détour qu’on imposera aux automobilistes qui lui pose problème. « Dans le prolongement du boulevard de Portland, il y a eu un développement commercial, près du carrefour giratoire. On vient de défaire nos aménagements pour ajouter une voie de virage à gauche, à la hauteur de la rue Robert-Boyd, parce qu’on pensait que les gens iraient prendre le carrefour giratoire avant de revenir vers les commerces, mais ils veulent plutôt le chemin le plus rapide. Je me demande donc pourquoi on ne changerait pas les plans avant de commencer les travaux sur Galt. De toute façon, on prévoit un arrêt sur demande à la hauteur de la rue Saint-Antoine. Pourquoi ne pas le déplacer devant l’entrée du centre commercial? »

Le 10 juin, plusieurs commerçants avaient déploré la proposition de la Ville de construire un terre-plein sans possibilité de virage à gauche. Le propriétaire du Maxi-Club, Marc Jalbert, proposait même de lancer une pétition pour que la Ville revienne sur sa décision.

« Si le propriétaire du centre commercial doit donner une partie du terrain pour permettre les travaux, je suis certain qu’il serait ouvert. »

Pierre Avard prend avec un grain de sel les données sur les risques d’accident à cette intersection, selon lesquelles les usagers ont 2,5 fois plus de chances d’avoir un accident à cet endroit qu’ailleurs en ville. « Si c’est dangereux, pourquoi le point n’a jamais été amené au conseil avant? J’ai rarement vu des accidents là. Ce que je n’aime pas, c’est la détermination de dire qu’on ne changera pas d’idée. Il faut tenir compte des préoccupations des gens. On ne peut pas se fermer les yeux, sinon ceux qui participent aux soirées d’échanges perdent leur temps. C’est aux élus de faire écho aux citoyens et de dire comment on veut développer le secteur. »

Rémi Demers veut plus d’ouverture

Rémi Demers est du même avis que son collègue. « C’est sûr qu’il faut qu’il y ait une ouverture pour tourner à gauche et qu’il faut qu’il y ait une ouverture à plancher sur une révision de cet accès. Le gros bon sens doit prendre le dessus. Les services ont fait du beau travail, mais on a besoin que nos commerçants vivent. J’ai demandé à ce qu’on revienne sur le sujet en atelier de travail. Il ne faut pas mettre en contradiction les commerçants et la mobilité durable. Pouvoir tourner à gauche à cet endroit, c’est incontournable. Nous devons développer une sensibilité envers nos commerçants. »

M. Demers est convaincu qu’il est possible de trouver une solution à la satisfaction de tous. « Si on est capable d’envoyer des hommes sur la Lune, on doit pouvoir rentrer une voie de virage à gauche sur Galt Ouest. De dire qu’on ne changera pas d’idée, ce n’est pas une réponse d’élu. Plusieurs élus sont favorables à une révision du projet. »

Le maire Steve Lussier confirme son ouverture à une discussion et rapporte qu’une rencontre est prévue bientôt avec les commerçants concernés. « Après, nous ramènerons le sujet au conseil pour décision. Nous aurons à ce moment-là toutes les études de circulation nécessaires. Je suis prêt à le regarder. Il faut être à l’écoute de la population. »