Pierre Avard souhaite que la vérificatrice générale s’intéresse au processus d’optimisation.

Avard veut l’avis de la VG sur l’optimisation

Le conseiller Pierre Avard veut faire la lumière sur les résultats obtenus par le programme d’amélioration continue à la Ville de Sherbrooke. Il demande à la vérificatrice générale de s’y intéresser.

Les élus ont voté en mars pour rendre permanents quatre postes de conseillers à l’amélioration continue. M. Avard avait été un des élus à soulever des objections. Il plaidait que ces postes existaient déjà et qu’il n’était pas nécessaire de les rendre permanents. Les documents de la Ville évoquaient alors 15 projets mis sur pied par l’équipe en question, des projets qui avaient permis des économies de 827 000 $.

La démarche d’optimisation lancée en 2014 par le directeur général, Yves Vermette, visait des économies totales de 11 M$. En septembre, 89 % de cet objectif avait été atteint. Les économies projetées à la fin de l’exercice devaient atteindre 105 % de l’objectif initial.

« Ça devrait être ancré dans les mentalités d’optimiser les méthodes de travail. Nous n’avons pas besoin de créer des postes permanents ou de créer une nouvelle structure », explique M. Avard.

« Ce serait bien que quelqu’un de l’extérieur nous dise que c’est bon. On moins ça ne viendrait pas de celui qui a décidé de mettre en place le processus. À mon sens, le sujet vaut la peine d’être investigué. C’est la vérificatrice générale qui décidera. »

Dans sa lettre acheminée à la vérificatrice générale, dont La Tribune a obtenu copie, M. Avard écrit : « Le conseil n’a jamais été en mesure de connaître ou de questionner les détails de ces économies (de 827 000 $) ni le plan de travail de cette équipe pour les prochaines années. La création de cinq postes permanents est une décision très importante qui aura des effets à très long terme. »

Pierre Avard ajoute aux quatre postes de conseillers celui d’un directeur à l’amélioration continue, engagé en 2016.

« Malgré qu’il n’y avait aucune urgence d’agir, le conseil a été appelé à prendre une décision finale à peine quelques minutes suivant la présentation. Six membres du conseil ont demandé le report de la décision afin d’obtenir davantage d’information. Ce qui a été refusé », écrit-il encore.

« Le budget prévu en 2018 pour l’équipe d’amélioration continue sera de 774 000 $ pour 12 mois alors que les économies de 827 000 $ indiquées au sommaire exécutif s’échelonnent sur une durée de 18 mois. Autrement dit, en établissant les économies générées sur une même période, il semble que les coûts dépasseraient nettement les économies générées. Il apparaît donc important de connaître, de façon objective, le véritable rapport coûts-bénéfices d’un tel exercice. »

Organismes paramunicipaux

Par ailleurs, la vérificatrice générale, Andrée Cossette, s’intéresse pour le moment aux organismes paramunicipaux. L’ex-conseiller Jean-François Rouleau avait notamment demandé au précédent vérificateur général de scruter les activités de ces organisations. Mme Cossette confirme effectuer des vérifications « d’optimisation des ressources du périmètre comptable portant sur les organismes paramunicipaux ». Il s’agit de Sherbrooke Innopole, Commerce Sherbrooke, Destination Sherbrooke, la Corporation de l’aéroport de Sherbrooke et Animation Centre-ville.

Mme Cossette espère pouvoir déposer son rapport en juin.