Autre démission au conseil municipal de Saint-Élie-de-Caxton

Saint-Élie-de-Caxton — Élu il y a quelques mois seulement, le conseiller municipal de Saint-Élie-de-Caxton Roger Sylvestre quitte ses fonctions. Il s’agit d’un autre départ d’un élu à survenir en quelques mois dans la petite municipalité.

Selon les informations récoltées par Le Nouvelliste et confirmées par le maire de la localité, Robert Gauthier, le conseiller municipal remet sa démission moins d’un an après son élection. Il avait été élu en mars dernier pour remplacer le conseiller démissionnaire François Beaudry. 

«Roger Sylvestre va présenter sa lettre de démission lors de la prochaine assemblée publique du 2 décembre prochain. Il quitte son poste pour des raisons personnelles», affirme le maire de Saint-Élie-de-Caxton. Robert Gauthier. «Je ne souhaite pas commenter davantage son départ pour l’instant. Mais je suis bien attristé par ce départ. Il apportait une belle contribution au conseil municipal.»

Malgré quelques tentatives, il a été impossible de s’entretenir avec Roger Sylvestre. 

Rappelons que depuis novembre 2017, cinq employés municipaux de Saint-Élie-de-Caxton ont quitté leurs fonctions. La dernière professionnelle qui a quitté son poste l’a fait au début du mois de novembre. 

Une pétition encore plus justifiée

C’est dans ce climat qu’a été déposée plus tôt ce mois-ci une pétition à l’Assemblée nationale demandant l’intervention de la ministre des Affaires municipales. Près de 1000 personnes ont signé cette pétition. Elles réclament notamment la fin du mandat du maire Robert Gauthier.

L’instigatrice de la pétition, Nicole Garceau, estime que ce plus récent départ justifie encore plus sa démarche. «Je ne suis pas surprise du tout de la situation», mentionne Nicole Garceau. «Dans le même mois, il y a eu deux départs à la municipalité. Ça prouve bien le malaise de notre milieu. Et ça prouve que c’est dysfonctionnel à la municipalité.»

Pour Nicole Garceau, la seule façon d’arrêter «cette hémorragie» est l’intervention de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest. «Lorsque nous étions à Québec la semaine dernière, nous lui avons fait cette demande», précise Mme Garceau. «Les gens tombent malades durant des mois et des mois à cause du milieu toxique. Je ne suis pas la seule à le dire, même la CSN le dit.»

Tous ces départs d’élus et d’employés municipaux, dont la directrice générale, l’urbaniste et le directeur des travaux publics, fragilisent le développement de la communauté, estime l’instigatrice de la pétition. «Ça n’a pas de bon sens. C’est ça que nous avons déploré dans notre pétition», dénonce Mme Garceau. «C’est un milieu vraiment pas évident. Ce qu’on entend, c’est que le maire a ses idées. Et il n’y a que ses idées qui comptent pour lui.» 

Le député préoccupé

Le député de Maskinongé, Simon Allaire, se dit préoccupé par tous ces départs à la municipalité de Saint-Élie-de-Caxton. Il affirme qu’il s’entretient tous les jours avec la ministre Andrée Laforest au sujet de Saint-Élie-de-Caxton.

«Depuis plusieurs mois, on le constate par ce qui se passe que ce n’est pas un climat qui est agréable pour le village», estime Simon Allaire. 

Le député précise que la Commission municipale du Québec a déjà déterminé que l’administration de Saint-Élie-de-Caxton suivait les règles en place. Il ajoute aussi que le Commissaire à l’intégrité municipale et aux enquêtes a reçu le mandat de la ministre des Affaires municipales de s’intéresser à l’administration municipale de Saint-Élie-de-Caxton. 

«Il a été mandaté officiellement. On va avoir des nouvelles plus tard s’il y a raison d’être, s’il y a des choses irrégulières. Il faut laisser ce processus aller», soutient le député de Maskinongé. «Le Commissaire à l’intégrité municipale va s’intéresser à l’aspect relationnel entre les élus ainsi qu’entre les membres du conseil municipal et les citoyens.»

L’été dernier, la municipalité de Fred Pellerin a par ailleurs connu une diminution du nombre de touristes. Préoccupé par cette baisse touristique alors que le climat à la municipalité est décrié par plusieurs, Simon Allaire veut aller à la rencontre des commerçants de la municipalité pour entendre leur vision de la situation. 

«Ça me préoccupe sur le plan économique. Il y a des emplois qui sont rattachés à ça. Et ces emplois sont la richesse économique d’un village», mentionne-t-il. «Personne ne voudrait voir des commerces fermer.»