Aucune décision n’a été prise pour le moment à la suite de la demande d’Évelyne Beaudin de permettre la consommation d’alcool dans les parcs dans certaines circonstances.

Alcool dans les parcs : la demande de Beaudin ignorée pour cette année

Les Sherbrookois ne pourront pas consommer de l’alcool légalement dans les parcs de Sherbrooke cet été. Si la conseillère Évelyne Beaudin a demandé qu’un dossier à cet effet soit étudié par les élus, elle s’impatiente devant la lenteur du processus. La présidente du comité de la sécurité publique, Danielle Berthold, rapporte qu’un projet-pilote pourrait être lancé l’an prochain.

« Il va nous manquer un petit quelque chose cet été à Sherbrooke. Ce n’est pas grand-chose, mais parfois ce sont les petites choses qui font la différence. Cette petite chose, c’est de permettre aux citoyens de prendre un verre en même temps qu’ils consomment un repas dans les parcs », a dénoncé Mme Beaudin lors du dernier conseil municipal. 

« L’été dernier, j’ai mené un sondage pour connaître l’intérêt des gens sur cette proposition et la réponse avait été largement positive. Je trouve que ça en dit long sur la manière dont un dossier peut cheminer au conseil. Le 1er avril, j’ai écrit un courriel à Mme [Nicole] Bergeron, présidente du conseil, pour demander de mettre à l’ordre du jour du huis clos une proposition de résolution qui permettrait la consommation d’alcool dans les parcs dans certaines conditions. Ça se fait déjà dans des villes comme Montréal et Trois-Rivières », rapporte la conseillère.

Selon elle, Mme Bergeron lui a répondu que le dossier devait être traité par le comité de la sécurité publique. 

« Je n’étais pas d’accord avec cette façon de faire. Je pense que ce sont les élus qui doivent se positionner sur la question et qu’ensuite on pourrait se questionner sur la possibilité de faire un projet-pilote et impliquer le comité de sécurité publique. Mme Bergeron a décidé de faire cheminer notre proposition directement au comité de sécurité publique sans m’avertir et sans m’inviter à présenter ma proposition. Pour moi, c’est un gros problème sur le fond et sur la forme. Pour certains projets, ça semble aller vite alors que pour d’autres, on laisse les choses en suspens. Je suis passée par les canaux conventionnels et ça démontre que ça ne fonctionne pas. Je ne m’attends pas à ce que toutes mes propositions soient acceptées, mais qu’au moins elles soient discutées. »

Danielle Berthold a rétorqué qu’elle avait eu une conversation avec Mme Beaudin. « J’ai dit qu’on réfléchirait à la possibilité de permettre la consommation d’alcool dans les espaces citoyens et qu’on verrait peut-être à en faire un projet-pilote. Ce ne sera pas cet été du fait qu’on veut analyser comment est le cannabis sur le territoire. Peut-être l’année prochaine on y verra. Vous n’êtes pas correcte de dire qu’on n’a pas donné suite à votre demande. »

Mme Berthold précise que le comité avait d’abord rejeté l’idée avant d’ouvrir une porte pour les « espaces citoyens », ces endroits aménagés et pouvant être réservés, dans les parcs, pour des fêtes ou des événements. « Nous pourrions évaluer cette possibilité pour l’an prochain, mais nous voulons d’abord voir les répercussions du cannabis et de l’ouverture de la SQDC. Vaut mieux être plus sévère pour commencer et s’adapter avec le temps. »

Nicole Bergeron a pour sa part mentionné qu’elle a le plus grand respect pour les comités en place. « Si j’avais une préoccupation qui concerne le développement social et communautaire, je vous en ferais part et je m’attendrais à ce que votre comité formule une recommandation pour que ça revienne au conseil. À deux reprises, je vous ai mentionné que la boisson dans les parcs était un enjeu prioritairement de sécurité et qu’on allait le traiter au comité de sécurité publique. Vous avez eu une réponse, mais vous n’aimez pas la réponse. Mon erreur a été de ne pas vous inviter au comité de sécurité publique parce que j’avais compris que ça ne vous intéressait pas que le dossier y soit traité. Il y a eu une recommandation et nous aurons une occasion de statuer là-dessus au conseil. Si un autre dossier concerne un comité et que c’est vous qui le proposez, je m’engage à vous inviter à ce comité. »