La ministre fédérale de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna

260 millions $ pour réduire moins de 1 % du CO2 au Québec

OTTAWA - Le Québec ne réduira qu'une infime portion de ses émissions de gaz à effet de serre (GES) avec les fonds fédéraux pour lutter contre les changements climatiques.

La ministre fédérale de l'Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, a annoncé à Ottawa vendredi la répartition du Fonds du leadership pour une économie à faibles émissions de carbone lors d'une conférence de presse qui avait toutes les apparences d'une publicité pour Canadian Tire.

Son homologue québécoise Isabelle Melançon a, pour sa part, dévoilé presque simultanément comment cet argent serait dépensé durant une conférence de presse aux Fermes Lufa à Montréal.

«On a juste une planète et chaque point de pourcentage qu'on va gagner, c'est un pas dans la bonne direction parce que l'urgence, elle est actuellement», a affirmé Mme Melançon en entrevue.

«On les voit, les inondations, on les voit, les microrafales, on les voit, les marées importantes en Gaspésie qui partent avec la moitié de nos routes, a-t-elle continué. Ça, ça s'appelle le réchauffement de la planète.»

Le fonds fédéral prévoit 1,4 milliard $ au cours des cinq prochaines années pour aider les provinces et les territoires qui ont adhéré au Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques à réduire leurs émissions de GES. La Saskatchewan et le Manitoba sont les seules provinces qui ne l'ont pas signé.

Ce cadre a été mis en place il y a un an pour permettre au Canada de respecter son engagement en vertu de l'Accord de Paris sur le climat. L'objectif est de réduire les émissions de GES de 30 % sous le niveau de 2005 d'ici 2030.

Le Québec obtiendra environ 260 millions $ pour financer des projets de conversion et d'efficacité énergétique, d'usage de la biomasse dans l'industrie forestière et de traitement du biogaz dans le secteur agricole.

Le Québec espère réduire ses émissions de CO2 d'un demi-million de tonnes d'ici 2030 grâce au financement d'Ottawa, «ce qui équivaut à retirer 155 880 voitures des routes chaque année», peut-on lire dans le communiqué diffusé par le cabinet de la ministre Melançon.

Cela représente 0,7 % des émissions totales du Québec en 2015, qui s'élevaient à 80 millions de tonnes.

Non négligeable

Même si ça semble peu, ce n'est pas négligeable, selon le directeur général de la Fondation David Suzuki, Karel Mayrand.

«Quand, sur 25 ans, on a fait seulement -8 %, faire -0,7 %, c'est significatif, a-t-il expliqué en entrevue. Toutes les réductions sont importantes.»

«Ce sont des programmes qui génèrent beaucoup de réductions pour pas trop cher la tonne comparativement à autre chose», a-t-il ajouté en prenant pour exemple les investissements dans les transports en commun ou dans l'électrification des transports.

La ministre Melançon a signalé que d'autres mesures adoptées par le Québec permettront de réduire davantage les émissions de GES, dont plus de 40 % proviennent des transports.

Elle présentera lundi le règlement qui accompagne la «loi zéro émission» adoptée par l'Assemblée nationale en 2016 et qui doit être appliquée à compter de janvier prochain. Cette loi a pour but d'augmenter le nombre de véhicules à faible émission sur les routes du Québec.

Une publicité?

La ministre Catherine McKenna semblait faire la promotion de Canadian Tire lors de sa conférence de presse vendredi. Le détaillant a adopté plusieurs pratiques pour améliorer son efficacité énergétique au cours des dernières années, ce qu'elle a tenu à souligner. Deux logos de la chaîne de magasins avaient été apposés bien en vue sur l'étalage derrière elle.

La conférence de presse a débuté par une présentation de responsables de la chaîne qui ont donné des détails sur leurs pratiques vertes - comme les rabais qu'ils offrent aux consommateurs pour l'achat de produits écoénergétiques et l'usage d'énergie propre dans leurs centres de distribution - et leur impact sur les réductions des émissions de GES.

La ministre McKenna a, quant à elle, incité les consommateurs à acheter des produits chez le détaillant durant sa conférence de presse.

«Remplacer vos cinq ampoules les plus utilisées [à la maison] par des ampoules écoénergétiques comme celles que nous voyons ici peut vous permettre d'économiser plus de 65 $ par année», a-t-elle dit en brandissant l'une de ces ampoules.

«Et vous pouvez les acheter chez Canadian Tire», a-t-elle ajouté en riant.

Questionnée à ce sujet, la ministre s'est défendue de faire la promotion du détaillant. «Canadian Tire, c'est vrai que c'est un chef de file en matière de réduction des émissions et qu'ils ont des produits que les Canadiens veulent», a-t-elle dit en ajoutant que beaucoup de gens y font leurs achats.