Pascal Cyr

110 000 $ pour le Guide du citoyen

SHERBROOKE — Le Guide du citoyen, distribué aux portes des Sherbrookois au cours des dernières semaines, a coûté 110 000 $ à produire. Le citoyen Pascal Cyr, jugeant la somme astronomique, a dénoncé cette décision des élus, lundi au conseil municipal.

« Ma surprise a été très forte quand j’ai su combien il avait coûté, soit 110 000 $. Ce qui me fait de la peine, c’est que ça va finir au recyclage, même si c’est écrit " à conserver " dessus. Je me dis que c’est peut-être de l’argent gaspillé. À mon sens, si on tient à investir 110 000 $ dans une publication comme celle-là, on peut reprendre le modèle des avis publics et en diffuser une partie dans La Tribune et une autre sur le site internet de la Ville », a lancé M. Cyr.

« Ce serait une voix intéressante qui serait économiquement viable », a-t-il ajouté, en précisant que le site de la Ville est difficile à consulter parce qu’il est très « touffu ».

La présidente du conseil municipal, Nicole Bergeron, confirme le chiffre avancé par le citoyen. La publication du guide a bel et bien coûté 110 000 $ pour 90 871 exemplaires en français et 4142 en anglais.

« Le conseil avait convenu d’aller de l’avant avec la publication de ce guide. Il a une durée de vie de plusieurs années, peut-être jusqu’à la fin du mandat. On ne prévoit pas d’autre publication du genre. Il faut aussi noter que nous avons abandonné l’InfoSherbrookois, ce qui a généré des économies de 200 000 $. Nous avons choisi de continuer à communiquer avec les citoyens avec cette publication. Notre site web est très touffu, pas très convivial, mais nous accordons ce soir un contrat pour le revamper », dit Mme Bergeron.

Un contrat de 403 152 $ a effectivement été octroyé à LANEC Technologies inc., une firme de Trois-Rivières, pour la refonte du site internet. Le prix suggéré est largement plus bas que celui des compétiteurs. L’entreprise aurait déjà procédé à un exercice semblable à Trois-Rivières, ce qui lui procurerait un avantage concurrentiel.

Enfin, Nicole Bergeron explique que le Guide du citoyen était prêt cet été, mais que le moment était jugé inopportun pour une distribution. En septembre, le risque de noyer le document dans ceux de la rentrée scolaire était trop important, ce qui justifie un envoi en octobre.