Des pourparlers de fusion sont entrepris depuis plusieurs mois entre le Service de police de Sherbrooke et la Régie de police Memphrémagog.

Police: pourparlers de fusion entre Sherbrooke et Memphrémagog

Des pourparlers de fusion sont entrepris depuis plusieurs mois entre le Service de police de Sherbrooke et la Régie de police Memphrémagog.

Le directeur du SPS Danny McConnell a confirmé à La Tribune que les deux organisations discutent de la possibilité de regrouper leurs services dans un horizon rapproché.

À LIRE AUSSI: L'ex-maire Sévigny pilotera une réflexion sur l'avenir des corps policiers

« L’efficience et la modernité des services de police passent par des fusions. C’est quelque chose qui est évoqué depuis des années. Je confirme qu’avec Guy Roy, le directeur de la Régie de police Memphrémagog, nous avons déjà parlé en ce sens là. Nous attendions le dépôt du livre vert par le ministère de la Sécurité publique et de ses orientations pour pousser un peu plus cette idée-là », soutient Danny McConnell.

Ce dernier assure que la volonté de regroupement entre les organisations policières municipales de Magog et Sherbrooke est bel et bien présente.

« Il est évident que cette idée de regrouper les deux organisations est efficiente. Lorsque tu te fusionnes, tu ne fais pas de gain d’argent la première année. Il y aura cependant des gains sur une évaluation de cinq ans. La révision de tout ça et la réorganisation sous forme de régie, il y aurait des gains tant sur le plan des effectifs, de la perspective de carrière des employés que du combat contre la criminalité », soutient Danny McConnell.

Le directeur du SPS signale que la collaboration avec les deux organisations lors de la mise en place d’Accès-Cannabis en octobre 2018 au moment de la légalisation de la marijuana a jeté les bases à ramener le projet de regroupement des deux organisations policières municipales.

Collaboration

Les deux services de police ont joint leurs forces pour appliquer la nouvelle loi sur le cannabis en maximisant les effectifs dans la lutte aux infractions criminelles. Trois enquêteurs, deux de Sherbrooke et un de la Régie de police Memphrémagog, sont payés par un budget du ministère de la Sécurité publique du Québec (MSP).

« Accès cannabis est la seule unité régionale de ce type au Québec », rappelle Danny McConnell.

Les deux organisations ont aussi collaboré à maintes reprises au cours des dernières années au sein des Escouades régionales mixtes.

Danny McConnell, directeur du SPS : « Il est évident que cette idée de regrouper les deux organisations est efficiente. Lorsque tu te fusionnes, tu ne fais pas de gain d’argent la première année. Il y aura cependant des gains sur une évaluation de cinq ans. La révision de tout ça et la réorganisation sous forme de régie, il y aurait des gains tant sur le plan des effectifs, de la perspective de carrière des employés que du combat contre la criminalité. »

Danny McConnell explique que cette démarche de regroupement s’inscrit dans le contexte du livre vert déposé, mercredi, par la ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, concernant la modernisation des services de police au Québec.

Le document « Réalité policière au Québec : modernité, confiance et efficience » servira de point de départ au comité consultatif qui pilotera la réflexion pour revoir le modèle policier au Québec. Ce comité sera dirigé par l’ancien maire de Sherbrooke Bernard Sévigny.

Sans qu’elles soient ciblées, certaines pistes de réflexion émanent du livre vert du MSP soulèvent la question qui a été discutée entre les organisations de Sherbrooke et Magog.

« Devrait-on privilégier le regroupement de corps de police pour créer des organisations aux capacités accrues? Le modèle de corps de police spécialisé devrait-il être appliqué pour certains types d’enquêtes spécialisées et de soutien à celles-ci? Y aurait-il plutôt lieu de permettre des regroupements et des partages de ces services entre différents corps de police? Comment atteindre un meilleur équilibre entre les attentes envers la police et la capacité de payer des contribuables? », soulève le document de réflexion gouvernemental.

« Je ne commenterai pas officiellement le livre vert. Les grands titres de modernité, confiance et efficience sont les valeurs qu’ils se sont données, mais les services de police n’ont pas encore été consultés à ce jour. Je crois que le livre vert sera l’introduction d’une grande réflexion à venir », croit Danny McConnell.

Le directeur du SPS estime qu’il est temps que la loi sur les niveaux de service des corps de police soit modernisée.