Des employés de La Tribune s’intéressent au modèle de la coopérative pour l’avenir du journal sherbrookois.

Plusieurs employés de La Tribune veulent faire partie de la relance

Un groupe d’employés de La Tribune travaille à faire partie de la solution pour la sauvegarde du quotidien de la rue Roy. À l’instar de leurs collègues des autres journaux du Groupe Capitales Médias, ils s’intéressent au modèle coopératif.

« Nous ne voyons pas de modèle dans lequel les employés de La Tribune ne feraient pas partie de l’équation », lance la directeur de l’information Louis-Éric Allard. « Les employés ont décidé qu’ils ne resteraient pas les bras croisés et sont déterminés à participer à la relance. Ce n’est pas une démarche patronale ou une démarche syndicale, mais bien une approche des employés. »

La journaliste Isabelle Pion le confirme. « C’est une démarche collective parce que nous voulons garder le journal en vie le plus longtemps possible. »

Cette démarche collective vise entre autres à explorer le modèle coopératif avec des experts du milieu. Une première rencontre s’est tenue mercredi, rencontre à laquelle assistait aussi l’ancien maire Jean Perrault, porte-parole des leaders de la communauté. D’autres réunions pour connaître les différents modèles potentiels pour une coopérative et le potentiel de rentabilité d’une telle aventure se tiendront dans les prochains jours, toujours grâce à la contribution bénévole d’experts soucieux de la survie du journal.

« Ce qu’on nous a dit, c’est que oui, c’est réaliste de croire que le modèle de la coopérative pourrait fonctionner », ajoute M. Allard.

« Plusieurs modèles sont envisageables, notamment une coop de travailleurs et une coop de solidarité qui mobiliserait la communauté. Il pourrait aussi y avoir des partenaires financiers », explique pour sa part la journaliste Mélanie Noël. « Nous avons l’intention de faire une proposition au syndic quand l’appel de propositions sera lancé. »

La Fédération nationale des communications-CSN avait par ailleurs annoncé mercredi matin un chantier avec l’appui de la firme MCE Conseils pour soumettre au Soleil, au Nouvelliste, au Droit, à La Voix de l’Est et au Quotidien un plan d’affaires qui s’articule autour du modèle coopération. Les employés de La Tribune, affiliés à Unifor, n’entendent pas délaisser leurs collègues des autres journaux pour autant.

« Nous avons l’intention de nous intéresser à ce qui se fait ailleurs et de contacter des employés des autres journaux », dit Mélanie Noël. « Peu importe le modèle qui sera retenu, nous voyons une collaboration avec les autres journaux, que nous demeurions un groupe de presse ou que nous soyons des entités différentes. Nous souhaitons garder le plus de liens possible avec les autres journaux », ajoute Louis-Éric Allard.

Mélanie Noël résume en lançant que les employés « ne garderont pas les bras croisés, mais garderont les coudes serrés ».

Enfin, Isabelle Pion indique que ses collègues et elle sont portés par la mobilisation de la communauté. « Nous savons que notre mission est importante et il fait chaud au cœur de le sentir dans la population. »