Un convoi de quatre véhicules a transporté la célèbre famille vers le Manoir Hovey. Les Clinton ont pris place dans un autobus noir.

Plusieurs curieux pour voir les Clinton

Plusieurs curieux voulant apercevoir Bill et Hillary Clinton se sont massés à l'entrée du Manoir Hovey dimanche à North Hatley.
Marthe Desmarais possède une propriété en Floride. Elle a attendu plusieurs heures pour voir passer l'autobus noir des Clinton.
« Je les ai suivis durant les élections, explique-t-elle. Je trouve que c'est une belle famille et j'aurais souhaité que madame Clinton dirige les États-Unis au lieu de M. Trump. »
« Ce n'est pas tous les jours qu'il y a des gens comme ça qui viennent dans notre région, ajoute-t-elle. Je pense qu'il y a un certain nombre de gens qui vont se déplacer pour les apercevoir. C'est peut-être ma seule occasion de voir autant de sécurité autour de quelqu'un ».
« On est simplement curieux », lance pour sa part Audrey qui attendait également le cortège en face du Manoir Hovey.
Pour Daniel Bernier, c'était une question de prestige que d'apercevoir la famille Clinton.
« J'ai vu Hillary et Bill, dit-il. Ça s'est passé très vite, mais je suis bien content d'être venu. C'est prestigieux de les voir dans notre région. Ils peuvent aller partout dans le monde, mais ils décident de venir ici. Ça peut faire en sorte que d'autres gens comme eux décident de visiter la région. »
Au village toutefois l'engouement n'était pas aussi marqué qu'aux abords du manoir. Les soeurs Monique et Denise estiment que les Clinton ont droit comme tout le monde à des vacances.
« Ça me fait apprécier North Hatley encore plus, avoue Denise. Mais j'espère que leur visite ne créera pas un trop gros engouement parce que j'aime le calme de l'endroit. Il faut leur laisser la paix pour qu'ils en profitent justement de notre belle région. J'étais étonné au départ qu'ils décident de venir ici, mais c'est vraiment une belle région. »
« Si je les rencontre, je vais les regarder du coin de l'oeil et ensuite faire comme si je ne les avais pas vus, lance Monique en riant. Ils sont en vacances, ils ont le droit comme tout le monde. C'est bien pour le Québec aussi. Pour une fois qu'on va avoir l'argent des Américains et pas le contraire ! »