Le coin du boulevard industriel et de la rue Saint-Jacques a été le théâtre de 10 accidents entre le 20 avril 2010 et le 29 octobre 2017.

Plus d’une quarantaine d’accidents depuis 2011

Les accidents se multiplient de façon alarmante sur le tronçon du boulevard industriel situé entre l’autoroute 55 et le carrefour giratoire. Depuis 2011, 41 d’accidents sont survenus dans ce secteur d’à peine long de plus d’un kilomètre, selon le Service de police de Sherbrooke.

Plus précisément, le coin du boulevard industriel et de la rue Saint-Jacques a été le théâtre de 10 accidents entre le 20 avril 2010 et le 29 octobre 2017.

« On peut en ajouter deux autres qui sont survenus cette semaine », explique Sylvain Houde, résident du secteur et membre du groupe Les amis du parc Arthur-Tardif.

« C’est un secteur problématique, admet pour sa part le conseiller du district de Saint-Élie, Julien Lachance. 

M. Lachance rappelle toutefois que tout le tronçon est sous la responsabilité du ministère des Transports et que les solutions ne courent pas les rues.

« La Ville ne peut pas faire grand-chose par elle-même dans ces circonstances. L’amélioration de la circulation dans le secteur passera par une collaboration avec le ministère. »

Une demande d’entrevue formulée en début d’après-midi au ministère des Transports n’a pas permis d’obtenir de précision vendredi.

« En ce moment, le quartier est isolé, signale Sylvain Houde. La construction du boulevard René-Lévesque viendra aider c’est certain, mais honnêtement ça facilitera la vie pour environ le quart des résidents. La plupart des gens doivent prendre l’autoroute. »

La construction du boulevard René-Lévesque a accusé quelques retards, mais il pourrait ouvrir aux automobilistes dès la mi-décembre.

Une pétition en ligne

Une centaine de personnes ont signé une pétition en ligne qui réclame la création d’un comité consultatif afin d’entreprendre rapidement les actions visant à améliorer la sécurité à l’intersection du boulevard Industriel et de la rue Saint-Jacques ainsi qu’à améliorer la fluidité de la circulation entre le carrefour giratoire et le chemin Dion. »

La pétition propose entre autres l’ajout d’un feu de circulation ou d’un arrêt obligatoire à la hauteur de la rue Saint-Jacques. Les signataires proposent également ajouter une sortie par la rue Trépanier et Godin, dans le but de diviser la circulation routière au lieu de la déplacer, et ainsi diminuer la congestion.

« Le ministère des Transports a toujours refusé de mettre une lumière si près de l’autoroute », explique Julien Lachance. Est-ce qu’ils vont changer d’idée ? Je ne sais pas.

Sylvain Houde indique que le groupe déposera la pétition au conseil municipal au mois de décembre.

« Ce qui aiderait plus que tout, ce serait un viaduc à quatre voix et un boulevard à quatre voix sur toute la longueur », résume toutefois Sylvain Houde.

Julien Lachance indique déjà avoir abordé le sujet avec le nouveau maire de Sherbrooke, Steve Lussier.

« M. Lussier avait une réelle ouverture à améliorer les choses », souligne Julien Lachance.

Steve Lussier se rendra d’ailleurs sur place lundi matin en compagnie de Karine Vallière, députée de Richmond, et de Julien Lachance pour être mis au parfum des derniers développement.