Dr Alain Poirier, directeur de la Santé publique de l’Estrie, a fait le point vendredi sur la propagation de la COVID-19 dans la région. 
Dr Alain Poirier, directeur de la Santé publique de l’Estrie, a fait le point vendredi sur la propagation de la COVID-19 dans la région. 

Plus de tests, moins de malades

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Encore cette semaine, le Dr Alain Poirier, directeur de la Santé publique de l’Estrie est formel quand il brosse le portrait de la propagation de la COVID-19 dans la région : « Ça va plutôt bien en Estrie ».

Au cours de la dernière semaine, 38 Estriens ont été déclarés positifs à la COVID-19, portant le grand total depuis le 11 mars à 884 personnes atteintes. De ce nombre, 554 personnes sont maintenant considérées comme étant guéries.

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a ouvert mardi dernier un centre désigné de dépistage (CDD) sans rendez-vous afin d’augmenter le nombre de tests de dépistage de la COVID-19 dans la population alors que s’amorce le déconfinement progressif de la population. En un peu plus de trois jours, environ 200 tests supplémentaires ont été effectués sur des gens qui présentaient un des symptômes principaux de la COVID-19 ou au moins deux des symptômes moins spécifiques.

La nouvelle CDD a pourtant une capacité de 100 tests par jour.

« On a augmenté le nombre de tests cette semaine, mais pas à notre pleine capacité, car ce sont des gens symptomatiques que l’on teste et il y en a peu dans la population. C’est une bonne nouvelle. L’ouverture du CDD, un lieu sans rendez-vous, vise justement à rejoindre les gens qui sont peu malades et qui, autrement, n’auraient pas consulté en se disant que c’était trop compliqué pour rien et que ce n’était pas nécessaire », spécifie le Dr Poirier.

Dans les dernières semaines, les équipes du CIUSSS de l’Estrie-CHUS ont effectué entre 250 et 300 tests par jour, en plus d’un certain nombre effectué dans les milieux de soins. Rappelons que, de ce nombre, environ une dizaine étaient déclarés positifs chaque jour.

Afin d’augmenter le nombre de tests de dépistage de la COVID-19 dans la population et en plein déconfinement progressif, la population de l’Estrie a maintenant accès à un centre désigné de dépistage sans rendez-vous, situé au 500, rue Murray, à Sherbrooke.

Reprise graduelle des activités à l’hôpital

« Le niveau d’activités en lien avec la COVID-19 est à la baisse en Estrie de façon constante depuis les dernières semaines. Elle est tellement stable que nous pouvons accueillir des patients de l’extérieur de notre région, pour soutenir d’autres hôpitaux qui sont plus sollicités », a indiqué lors d’un point de presse vendredi après-midi le président-directeur général du CIUSSS de l’Estrie-CHUS Stéphane Tremblay.

Au cours des prochains jours, un nombre accru d’activités pourra donc reprendre dans les différentes installations du CIUSSS de l’Estrie-CHUS pour répondre à tous les autres besoins de la population en attente de différents examens médicaux par exemple.

« En ce moment, nous sommes en train de prendre des mesures sur la façon de circuler dans les aires communes, comme les corridors, afin de respecter la distanciation physique », ajoute le Dr Tremblay.

Proches aidants de retour en CHSLD

La dernière semaine s’est démarquée par un assouplissement des règles pour les visites dans les CHSLD et les résidences pour personnes âgées, notamment. Ces annonces indiquent que la Santé publique est en voie de rechercher un nouvel équilibre, celui entre la santé physique et la santé psychologique des Québécois.

Pour certains résidents, la coupure brutale avec leurs proches a été difficile à vivre malgré les efforts qui ont été faits pour les garder en contact avec leurs proches par le biais de la technologie. « Chez certains résidents, on observe de la tristesse, des changements de comportements », a indiqué Sylvie Moreault, directrice de la direction du soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA) au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

L’Estrie n’a connu aucune éclosion dans les 26 CHSLD de son territoire et à peine une poignée dans les multiples résidences privées pour aînés (RPA). Celles-ci sont d’ailleurs terminées, puisque aucun cas n’a été déclaré positif au cours des deux dernières semaines.

Il y a pourtant eu des éclosions dans de nombreux autres CHSLD du Québec, où les morts se comptent par centaines. « Si on n’a pas eu d’éclosion, c’est pour un mélange de raisons. D’abord, il y a une part de chance. Mais ça ne peut pas tout expliquer. Nous avons aussi donné des directives très rapidement, et nos équipes sur le terrain ont respecté les mesures que nous leur avons demandé, autant dans les CHSLD et les RPA que dans les centres hospitaliers, qui ne nous jamais transféré une personne positive à la COVID-19 », indique Mme Moreault.