La région de l'Estrie recevra une somme récurrente de 1,14 M$ afin d'offrir davantage de soins et de services aux autistes et à leur famille.

Plus de services pour les autistes

Les parents dont les enfants sont autistes auront bientôt enfin « un peu d'air » : ils recevront davantage d'aide pour soutenir leurs enfants. Des intervenants pivots se grefferont à leurs services pour libérer les parents d'une importante coordination, et les services de répit et de gardiennage seront améliorés.
La ministre Lucie Charlebois
Le gouvernement du Québec a en effet annoncé vendredi un investissement récurent de 1 142 300 $ dans la région pour améliorer les services offerts aux personnes ayant un trouble du spectre de l'autisme (TSA) et leur famille, en plus d'un montant additionnel de 182 812 $ cette année pour « donner un coup de pouce » pour diminuer la liste d'attente.
Le premier Forum québécois sur le trouble du spectre de l'autisme s'est tenu les 11 et 12 février 2016. Lors de cet événement, des personnes ayant un TSA, leur famille, des experts et des acteurs du domaine ont eu l'occasion d'échanger et de voter sur les actions à mettre en priorité. Ces investissements découlent donc du Plan d'action sur le trouble du spectre de l'autisme 2017-2022 dévoilé le 21 mars dernier en réaction au forum.
Dans un premier temps, on axera principalement sur cinq mesures afin de venir en aide aux familles.
« Nous allons augmenter le nombre d'enfants de moins de cinq ans qui bénéficieront du programme d'intervention comportementale intensive et de services en réadaptation pour réduire la liste d'attente de 45 % », a expliqué lors d'un point de presse Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie.
Un intervenant pivot sera affecté à chaque enfant dès son premier accès aux services : ces intervenants agiront à titre de coordonnateurs des services, soulageant ainsi les parents des démarches qui y sont associées. Finis les coups de fil çà et là pour trouver des services et prendre des rendez-vous! « Les parents sont des gens très occupés avec leurs enfants, avec les services dont ils ont besoin, en plus des autres activités de la famille. Maintenant, les parents pourront compter sur quelqu'un pour les aider », a soutenu la ministre Charlebois.
Ensuite, les différents acteurs du CIUSSS de l'Estrie-CHUS travailleront à éliminer la liste d'attente pour augmenter le nombre de familles qui reçoivent du soutien pour des services de répit, de dépannage et de gardiennage. Près de 700 nouvelles familles en bénéficieront.
Un soutien financier sera aussi offert aux organismes communautaires afin de créer de nouvelles places en répit, en dépannage et en gardiennage. « Il faut qu'il y ait de l'argent, mais aussi des places disponibles! S'il y a de l'argent, mais pas de places, ce n'est pas intéressant. Nous allons créer les deux », promet Lucie Charlebois.
Les intervenants continueront enfin d'assurer des services à la fin de la scolarisation, à 21 ans, afin de favoriser l'intégration au travail ou vers d'autres types d'activités des autistes devenus grands. « Les autistes aussi le droit d'être dans notre société, d'y participer, de faire des choses dont ils ont envie! »
Nous aussi, on doit faire un pas vers les gens atteints d'un trouble du spectre de l'autisme, ce n'est pas seulement à eux de faire un pas vers la société », a expliqué la ministre, visiblement touchée par cette clientèle.