Le nombre de messes de minuit sera plus grand cette année que l’an dernier dans le diocèse de Sherbrooke.

Plus de messes de minuit en Estrie

Le nombre de messes qui seront célébrées à minuit le 25 décembre en Estrie sera plus grand cette année que l’an dernier.

Dans le diocèse de Sherbrooke, on recense 16 célébrations, alors qu’il y en a eu 13 en 2017.

« Nous répondons aux demandes des communautés », explique Éliane Thibault, responsable des communications à l’Archidiocèse de Sherbrooke. « Les gens demandent des messes de minuit. »

« Nous répondons aussi selon la disponibilité des prêtres. Il y a des prêtres qui ont pris leur retraite au cours des dernières années, mais nous avons aussi accueilli de nouveaux célébrants qui sont en mesure de répondre à la demande. »

C’est à Sherbrooke qu’on tiendra le plus de messes de minuit (Cathédrale Saint-Michel, Immaculée-Conception, Sainte-Praxède, Nativité-de-Jésus, Marie-Médiatrice, Saint-Jean-Baptiste et Saint-Élie).

À Windsor, on fêtera la naissance du divin enfant dans deux églises (Saint-Georges et Saint-Philippe), comme à Magog (Saint-Jude et Saint-Patrice).

Ailleurs, on chantera le Minuit chrétien à Racine, Coaticook, Disraeli et Lac-Mégantic.

À Notre-Dame-des-Bois, la messe sera célébrée en latin.

Soulignons que plusieurs messes seront célébrées ailleurs à 16 h et à 19 h.

À Bury, l’église Saint-Raphaël sera animée d’une crèche vivante impliquant le bœuf, l’âne et les moutons. La représentation de la nativité sera présentée dès 18 h, en marge de la traditionnelle messe de Noël qui doit avoir lieu à 19 h. 

Les personnages de Marie et Joseph seront interprétés par un couple de Bury tandis que les enfants de la paroisse Saint-François-de-Laval, qui effectuent actuellement leur classe de catéchèse, feront aussi partie de la distribution, explique Lee Ann Sévigny, l’une des organisatrices.