Les étudiants du programme d’intervention dans la communauté pourront réaliser des mandats très variés, de la tenue de groupes de discussion en passant par la réalisation d’études d’impact, l’animation de forums ou l’organisation de campagnes promotionnelles, énumère Sondès Allal, coordonnatrice des projets dans la communauté à l’École de gestion de l’UdeS.

Plus de 500 étudiants de l’UdeS au service de la collectivité

Plus de 500 étudiants de l’Université de Sherbrooke se mettront chaque année au service de la collectivité en accompagnant des organismes et des municipalités. Dans le cadre du Programme d’intervention dans la communauté (PIC), les étudiants de l’École de gestion seront appelés à remplir différents mandats, de la réalisation d’étude de marché en passant par des études d’impact.

Le programme, dévoilé mercredi à l’UdeS, regroupera près de 30 organismes communautaires, d’entreprises d’économie sociale, des institutions parapubliques, en plus de compter un axe de collaboration avec des municipalités, villes et MRC. Il s’étendra en Estrie et en Montérégie.  

Le PIC s’articule autour d’un nouveau cours de tronc commun du programme de baccalauréat en administration des affaires, intitulé « Moi, gestionnaire socialement responsable ». 

Plus de 80 mandats seront effectués en 2020 pour accompagner les partenaires dans des projets qui toucheront plus de 200 municipalités. Ces mandats sont très variés : on peut penser tant à la tenue de groupes de discussion qu’à la réalisation d’études d’impact, l’animation de forums ou l’organisation de campagnes promotionnelles, illustre Sondès Allal, coordonnatrice des projets dans la communauté à l’École de gestion de l’UdeS. « Ce cours repose essentiellement sur des partenariats dans le milieu », souligne-t-elle. 

La mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, a assisté au point de presse. Elle précise que des étudiants réaliseront une étude d’impact touristique sur le Triathlon extrême Canada Men/Woman. Ce genre d’étude est souvent difficile à financer, note la mairesse, qui était accompagnée de son directeur général, Jean Marcoux. L’occasion sera belle, pour les étudiants, de découvrir le milieu municipal, qui peut s’avérer un bon choix de carrière. L’administration municipale demeure un secteur méconnu, estime M. Marcoux.   

Un des objectifs du PIC est de former une relève de gestionnaires socialement responsables. « Ça nous permet d’être critiques envers ce qu’on fait », note Simon Laliberté, un des étudiants qui prendront part au programme. 

Le coup d’envoi s’est fait en présence des principaux partenaires financiers, soit la Fondation de la Famille Lemaire et Immex Société Immobilière. L’entreprise sherbrookoise a annoncé qu’elle soutiendra les activités du programme avec une contribution de 150 000 $.