Jeudi, une vingtaine de duos, composés d’un Québécois et d’un nouvel arrivant, ont participé à la promenade « conversation interculturelle » de Plein air interculturel de l’Estrie autour du lac des Nations. Les organisateurs en ont profité pour annoncer la programmation hivernale, qui « devrait rejoindre plusieurs centaines de personnes » selon eux.

Plein air interculturel: une réponse à « un besoin réel » d’intégration

Sherbrooke — Plein air interculturel de l’Estrie a bien pris son envol depuis sa création l’été dernier. La participation maintenant grandissante à ce projet, qui donne lieu à des « rencontres simples, sans jugement » et qui offre aux nouveaux arrivants l’occasion de découvrir les joies du grand air québécois, démontre bien la nécessité d’une telle initiative dans la région, selon l’une de ses initiatrices Louise Paquet.

Cet été, les inscriptions aux différentes activités étaient plutôt calmes, avouait-elle jeudi, entourée d’une vingtaine de duos qui prenaient une pause de leur promenade autour du lac des Nations. Toutefois, dans les derniers mois, des classes de francisation du Centre Saint-Michel, du Cégep de Sherbrooke et de la Commission scolaire Eastern Townships ainsi que différents organismes sont entrés dans la danse, permettant l’établissement d’un premier contact avec plusieurs Néo-Estriens.

La banque de bénévole, évaluée à plus d’une trentaine, va plutôt rondement, indique Mme Paquet qui, avec l’Iranienne Nastaran Daniali, a eu l’idée de faire passer l’intégration par l’apprivoisement de la nature il y a six mois.

C’est cependant du côté financier que la situation est plus fragile, insiste celle qui ne veut pas tenir pour acquise la générosité de ses partenaires tels que Carnet Plein air, le Regroupement du Parc du Mont-Bellevue, le Regroupement du Bois Beckett, Carbure aventure et Les Sentiers de l’Estrie.

« Il y a un besoin réel, il y a des gens qui sont intéressés et le milieu est impliqué, mais on a besoin de support pour pouvoir aller plus loin, dit Mme Paquet. Depuis six mois, tout est fait sur une base de bénévolat. Les organismes de plein air ne peuvent pas tout faire gratuitement. On monte une programmation qui est intéressante et d’autres activités vont s’ajouter, mais maintenant, on aimerait recevoir un soutien de la Ville et même du ministère de l’Immigration. Il n’y a pas que l’enjeu de la main-d’œuvre qui est important. Il faut bien les intégrer, nos immigrants. »

Jeudi, Plein air interculturel de l’Estrie lançait sa programmation hivernale, qui « devrait rejoindre plusieurs centaines de personnes » selon les organisateurs.

« On a de la raquette, du ski alpin, des randonnées au clair de lune et à la frontale, indique Mme Paquet. Pour le moment, on fait des activités plutôt proches, qui sont facilement accessibles. Graduellement, on veut aussi les amener à découvrir des ressources un peu plus loin, comme avec la randonnée au mont Chapman. »

échanges

La Salvadorienne Rina Ramos et l’Estrien Hugues Desrochers se rencontraient pour la première fois jeudi, alors qu’ils prenaient part à la promenade « conversation interculturelle » autour du lac des Nations.

« J’aime beaucoup le plein air et j’aime bien fréquenter des gens qui arrivent chez nous ou qui ont une autre culture que la mienne », explique M. Desrochers.

Après avoir été jumelés au hasard, Mme Ramos et lui ont profité du trajet pour échanger sur ce que signifie Noël dans leur culture.

« C’est un peu différent. Ici, c’est un peu plus commercial. Dans mon pays, on chante et on danse beaucoup », indique celle qui a sauté sur l’occasion d’en apprendre plus sur la culture québécoise.

Étudiant la francisation au Centre Saint-Michel, Mme Ramos habite Sherbrooke depuis presque trois ans. « Le premier hiver était difficile, mais je me suis habituée, raconte-t-elle. C’est très beau. Chez nous, j’aimais sortir dehors, mais ici, l’hiver est vraiment comme un terrain de jeu pour adulte. Je n’aime pas rester à la maison, c’est déprimant. C’est bon de sortir et de faire des activités l’hiver. »

Toute la programmation est disponible au pleinairinterculturelestrie.com.