La plage Lucien-Blanchard sera fermée jusqu'au 23 juillet inclusivement en raison d'une cote « D » donnée pour la qualité de son eau.

Plages municipales fermées : demi-tour pour les vacanciers

Plusieurs visiteurs se sont heurtés à une interdiction de baignade et à une panneau annonçant une cote « D » en se rendant à la plage Lucien-Blanchard dans la journée de samedi. Cette mauvaise surprise a créé plusieurs frustrations, alors que les vacances de la construction sont à peine entamées.

Samedi matin, la Ville de Sherbrooke annonçait que la fermeture de cette plage municipale, en vigueur depuis jeudi, serait prolongée pour les 21, 22 et 23 juillet en raison de la mauvaise qualité de l’eau.

Cette même journée, inutile pour les baigneurs de se tourner vers la plage du parc municipal de Deauville, puisque cette dernière venait encore une fois d’être fermée pour une durée de 24 heures en raison de la présence d’algues bleu-vert dans l’aire de baignade.

Miche Marceau et Claude Côté sont venus de Thetford Mines pour pagayer sur la rivière Magog à bord de leurs kayaks. Après être revenus de leur balade, qui avait pour point de départ et d’arrivée la Maison de l’eau, ils se sont dirigés vers l’aire de baignade de la plage Lucien-Blanchard. À leur grande surprise, celle-ci était fermée en raison de la mauvaise qualité de l’eau.  

« Ça devrait être mieux indiqué et mieux annoncé. On a mis les pieds dans l’eau pour mettre nos kayaks dans la rivière. Il n’y a pas d’avertissement à côté de la descente. Il y avait même une famille qui s’y baignait. On n’a pas non plus vu l’information passer. Avoir su, on ne serait pas venus » partage M. Marceau.

Selon les sauveteurs présents pour empêcher les visiteurs d’entrer dans l’eau, l’aire surveillée s’arrête là où la rive n’est plus visible de la chaise du sauveteur.

Une clôture de filet orange, qui sert habituellement à empêcher aux canards de venir sur la plage, a été laissée en position afin de communiquer l’interdiction de baignade. Si quelqu’un résistait aux avertissements des sauveteurs dans cette aire, ceux-ci pouvaient contacter le service de police.

Selon l’échelle du ministère de l’Environnement, une cote « D », qui signifie « pollué », correspond à un taux supérieur ou égal à 201 bactéries E. coli par 100 ml d’eau. Pour rouvrir, une plage doit obtenir une cote minimale de « C ».

Depuis le début de la saison chaude, le plan d’eau de la rue Cabana a été fermé de façon préventive après de fortes pluies à six reprises.

La Ville de Sherbrooke prévient qu’au contact d’une eau impropre à la baignade, des infections aux yeux, aux oreilles, à la peau ainsi que des troubles gastro-intestinaux peuvent être contractés. Les avis de fermeture des plages municipales sont diffusés au sherbrooke.ca/plages et sont communiqués aux médias.

D’ici à la réouverture de ces aires de baignade, les citoyens et visiteurs pourront se tourner vers d’autres plages fréquentées de la région, entre autres la plage des Cantons (cote B) et celles des lacs Stukely (cote A) et Fraser (cote B).