Des spectateurs ont dû changer de siège lors de la première de Starmania, jeudi, en raison de problèmes d’étanchéité du toit.

Place Nikitotek: la Ville recommandera de garder la scène au centre-ville

L’option du déménagement de la place Nikitotek sera vraisemblablement celle qui sera proposée aux élus sherbrookois en août. C’est du moins ce que souhaite Chantal L’Espérance, présidente du comité de revitalisation du centre-ville. La conseillère municipale admet du même coup que les dossiers culturels ont à tort tendance à cheminer trop lentement au sein de l’appareil municipal.

« Il avait été prévu, dans tous les coûts pour le déplacement du pont des Grandes-Fourches, un million pour construire un mur coupe-son entre la scène et la rue. C’est un montant qu’on pourrait utiliser pour déménager la scène. Le souhait de tous ceux qui ont regardé le dossier jusqu’à maintenant c’est de la réinstaller au centre-ville. C’est une infrastructure qui amène des retombées économiques au centre-ville et elle doit y demeurer. Il y a sûrement un endroit intéressant pour l’accueillir où il n’y aura pas de coûts importants de décontamination », indique Mme L’Espérance.

À LIRE AUSSI: Paiement du toit de Nikitotek: Québec Issime réplique

« On sait qu’il faut donner une réponse rapidement au promoteur. Dès que le spectacle sera terminé au mois d’août, on doit avoir une certaine idée d’où nous allons avec la scène. Avec le comité exécutif, nous arriverons avec une recommandation de garder la scène au centre-ville. C’est un outil de développement. Il n’est peut-être pas parfait, mais il fait partie des moteurs de revitalisation. » 

Parmi les scénarios évoqués pour le théâtre de la place Nikitotek, le démantèlement pur et simple, la vente et l’entreposage ont été étudiés. Le déménagement dans des sites comme le parc Jacques-Cartier et le Centre de foires ont été soulevés également, même s’il semble que le terrain au coin des rues Aberdeen et Wellington Sud serait privilégié. 

Parmi les aménagements qui pourraient être nécessaires sur un nouveau site, notons l’installation d’une billetterie. « Nous avons regardé si nous pouvions faire un lien avec le nouveau centre de diffusion, mais ça ne semble pas être possible. Il nous faut aussi un bâtiment pour les toilettes et les loges. On le savait. S’il y a quelque chose de nouveau, ce serait de décontaminer, de mettre à nouveau un sol ou de faire des aménagements si le site n’est pas visuellement intéressant. Dans les coûts imprévus, il n’y en a pas tant que ça. »

Mme L’Espérance convient qu’on a tardé un peu à trouver une conclusion à ce dossier. « Quand ça touche la culture, malheureusement, ce n’est peut-être pas toujours une priorité. On dirait toujours qu’on pense qu’il y a des choses plus prioritaires. Oui, je trouve que nous aurions peut-être dû être plus rapides, mais en même temps, il faut que ce soit réfléchi et que les décideurs soient tous confortables avec la décision. Nous savons que l’infrastructure est un atout touristique, donc Destination Sherbrooke doit être dans la boucle. Commerce Sherbrooke doit aussi l’être, comme le comité aviseur pour la revitalisation du centre-ville. Ensuite, le conseil municipal pourra prendre une décision éclairée en fonction des coûts, mais aussi des retombées. Si on met tout dans la boucle, les autres intervenants peuvent soulever des avantages auxquels nous n’avions pas pensé. »

Certains mettront en relation la rapidité avec laquelle le stationnement Magog a été vendu avec la lenteur à trouver un nouveau site pour la place Nikitotek. « On devrait avoir la même attention avec les promoteurs qui développent des tours à bureau ou résidentielles qu’avec tous ceux qui acceptent de prendre des risques financiers dans notre ville. Il y a encore matière à amélioration pour être capable de traiter les dossiers un peu plus en amont. »

Le maire Steve Lussier, lui, ne croit pas que Sherbrooke envoie un mauvais message à de possibles investisseurs. « On accueille toujours les gens qui veulent investir à Sherbrooke. Je vais attendre la rencontre avec M. [Robert] Doré (producteur de Québec Issime). Je commenterai par la suite. »

Il confirme qu’un entretien avec M. Doré était planifié récemment, mais qu’il a dû être annulé. « Nous préparerons une rencontre dès cette semaine. » Rappelons que le producteur retient un paiement de 95 651,50 $ à la Ville en attendant de rencontrer le maire.

La Ville s’est-elle traîné les pieds ? « On travaille avec les services sur plusieurs scénarios. C’est un dossier plus complexe qu’on pense. C’est un endroit costaud à déplacer. ll faut le mettre au bon endroit. »

+ Le toit ne coule plus

Les réparations du toit de la place Nikitotek ont subi un premier test samedi, avec les averses qui se sont à nouveau abattues sur Sherbrooke en milieu de soirée. À Destination Sherbrooke, on confirme que les fuites apparues jeudi ont bien été colmatées de façon permanente.

Rappelons que des spectateurs ont dû changer de siège lors de la première de Starmania, jeudi, en raison de problèmes d’étanchéité du toit. Une situation semblable avait été vécue l’an dernier et des travaux correctifs avaient déjà été effectués. 

« Une dernière vérification d’usage de même que quelques ajustements avaient même été faits pas plus tard que [jeudi] matin », lit-on dans un communiqué diffusé par Destination Sherbrooke.

C’est finalement une membrane autocollante à base de bitume Soprema qui a été installée vendredi pour couvrir les joints du toit qui se veut démontable. La membrane a une largeur d’environ 90 centimètres et serait la solution la plus sûre selon les experts consultés par Destination Sherbrooke. C’est qu’elle peut résister à une température aussi élevée que 115 degrés Celsius et qu’elle s’adapte aux revêtements métalliques. Cette solution n’avait pas été jugée nécessaire jusqu’à maintenant.

Les travaux étaient terminés dès vendredi et les éléments ont permis de tester l’étanchéité samedi. Le coût des améliorations est estimé à 4000 $ et sera partagé entre la Ville de Sherbrooke et le concepteur du toit.

Quant à l’entretien du toit, certaines informations laissent croire qu’il aurait été minimal en raison de l’avenir incertain de la place Nikitotek.