Hélène Pigot

Pigot craint les «dérapages» d'un autre mandat pour Sévigny

La candidate à la mairie Hélène Pigot s’inquiète d’une possible réélection du maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, qui cumulerait ainsi un troisième mandat.

« Ce qu’on sait déjà, dans beaucoup de municipalités, il y a eu des dérapages (...) On sait que plus les gens sont élus et réélus, plus il y a de possibilités de dérapages. »

La cheffe de Sherbrooke Citoyen a par ailleurs ramené sur le tapis le dossier des contributions illégales en 2009.

Ces contributions illégales visaient également d’autres candidats à la mairie, soient Hélène Gravel et François Godbout, de même que le Renouveau sherbrookois.

Mme Pigot s’en est pris au meneur de la course du sondage Segma Recherche, effectué pour La Tribune et Cogeco 107,7 FM. Le maire Sévigny arrivait au premier rang, tandis que Mme Pigot arrivait au troisième. Le coup de sonde a démontré que les appuis au maire étaient volatils.

Hélène Pigot reproche aussi au maire sortant le fait que le projet Well inc. ait été accordé sans appel d’offres « à un contributeur régulier de la caisse électorale du maire ».

Mme Pigot n’a pas nommé de noms, mais dans la liste des contributions au Renouveau sherbrookois, en 2013 et 2015, on retrouve les promoteurs Charles et Denis Custeau, du Groupe Custeau, et Charles Custeau en 2014 (200$).

Le Groupe Custeau est l’un des membres du consortium CCFONDIM, chargé de la conception de deux bâtiments et du stationnement à étages du secteur Wellington Sud. Ce consortium est aussi composé du Fonds immobilier de la FTQ et SherWeb.

Le conseiller sortant Jean-François Rouleau a porté plainte à la Commission municipale du Québec en raison d’absence d’appels d’offres dans ce dossier.

« J’ai lu le communiqué. C’est un peu triste. C’est plein d’insinuations, de demi-vérités, de mensonges aussi. Il y a des trucs là-dedans qui sont écrits qui sont tout à fait faux. Sherbrooke Citoyen nous avait promis que ce serait une campagne d’idées et là on est dans le dénigrement, du début à la fin », a commenté M. Sévigny.

Il défend les contributions des promoteurs à son parti.

« Ce sont deux contributions de 200 $ (NDLR : en 2013 et 2015) sur plusieurs centaines de contributions. On a le même mode de financement, que ce soit (Steve) Lussier, Sherbrooke Citoyen ou nous. J’ai déjà expliqué au conseil municipal, quand j’ai sollicité le Fonds immobilier de la FTQ et Normand Bélanger pour les intéresser à un projet immobilier sur la Wellington Sud, que le Fonds immobilier de la FTQ a une liste de partenaires locaux (...) Leur partenaire local, c’était le Groupe Custeau. Ça, je ne l’ai pas choisi... SherWeb et le Fonds de la solidarité, à ce que je sache, ce ne sont pas des contributeurs. C’est un peu indirectement que le groupe Custeau travaille sur ce projet avec le consortium », explique M. Sévigny.