Pierre Tremblay

Pierre Tremblay veut filtrer les messages aux médias

Le conseiller de Deauville, Pierre Tremblay, veut que les directeurs de la Ville de Sherbrooke cessent d’accorder des entrevues aux médias. Il propose qu’un seul porte-parole réponde à toutes les questions des journalistes et que les élus soient les répondants pour les dossiers à caractère politique.

M. Tremblay aurait souhaité qu’un débat sur la question soit inscrit à l’ordre du jour de l’atelier de travail à huis clos des élus, mais il rapporte que sa demande a été refusée en raison d’un « trop grand nombre de dossiers à l’ordre du jour ». 

Le conseiller voyait l’urgence de débattre dans la foulée des informations sur le déneigement qui auraient pu être communiquées différemment dans les derniers jours. Il constate aussi que des informations ont été rendues publiques « avant que les élus en prennent connaissance au conseil municipal ». M. Tremblay refuse de nommer un dossier en particulier. 

Pierre Tremblay souhaiterait donc que la Ville délègue à la direction des communications toute la responsabilité des relations avec les médias. « Un seul et unique porte-parole apporterait une crédibilité et une constance dans les communications de la Ville. »

Interrogé sur le sujet, le conseiller rapporte que certains directeurs éprouvent un malaise à accorder des entrevues aux médias. « Dans l’ensemble, il peut y avoir des fonctionnaires qui sont plus à l’aise, mais je dis simplement que ce ne sont pas des experts des médias. La méthode de communication doit être revue. Avant d’émettre un commentaire, les gens des communications consulteraient les directeurs. Ça ferait que le message serait plus uniforme. »

Le malaise ressenti par les directeurs ne peut-il pas venir du mécontentement exprimé par les élus à la suite des entrevues accordées aux médias? « À la source, il faut savoir ce qui est bon à dire. Dans les dernières semaines, les gens des services ont annoncé des choses qui n’avaient pas été traitées au conseil. Un porte-parole pourrait filtrer le message. Filtrer signifie choisir les bons moments pour dire les choses. Je ne vais pas à l’encontre de la transparence. L’objectif dans tout ça, c’est d’arrimer les fonctionnaires et le politique. »

M. Tremblay, qui dit s’inspirer du fonctionnement dans les entreprises privées, ajoute qu’il ne veut pas jeter le blâme sur les fonctionnaires. « Ils font un excellent travail, mais nous avons des spécialistes des communications. Le but n’est pas de contourner les questions des journalistes... J’aimerais que les directeurs puissent se concentrer sur leur travail plutôt que de devoir passer du temps à accorder des entrevues. »

Le conseiller municipal croit que les dossiers politiques devraient être véhiculés uniquement par les élus. « Les citoyens nous ont choisis [...]. C’est à nous d’être la courroie de transmission entre les experts de la fonction publique et les Sherbrookois. »

Le sujet n’ayant pas été inscrit à l’ordre du jour de lundi, Pierre Tremblay ne compte pas en reparler tant qu’il ne sera pas inscrit à l’horaire.