Le nouveau directeur général de la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Sherbrooke, Pierre Tardif, aimerait populariser l’organisme auprès des jeunes.

Pierre Tardif dirigera la SSJB

Pierre Tardif est le nouveau directeur général de la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Sherbrooke. Après avoir été battu aux dernières élections municipales, il s’agit d’un défi moins stressant pour M. Tardif.

« Ce n’est pas la même chose que la politique, indique celui qui a été conseiller municipal lors des huit dernières années. Dans mon ancien travail, les gens nous appelaient souvent parce qu’ils avaient des problèmes. Souvent, on n’avait pas le contrôle à 100 %. Maintenant, lorsqu’il y a des problèmes, on décide immédiatement », ajoute M. Tardif.

Le défi de M. Tardif est de trouver de nouvelles personnes qui voudraient contracter une assurance à la SSJB. « C’est certain qu’on va travailler au niveau de l’entraide (assurances). L’objectif est de rehausser la visibilité. C’est la partie la plus importante. Le service d’entraide doit continuer à se développer. Aujourd’hui, les clients sont plus vieux. Il faut aller vers les jeunes », analyse-t-il.

Poursuite

M. Tardif arrive en poste alors qu’une poursuite menée par Étienne-Alexis Boucher et deux autres membres de la SSJB de Sherbrooke vise à faire entrer 530 membres.

« On leur demande d’accepter nos membres et de respecter leurs règlements généraux », rappelle M. Boucher.

L’ancien député péquiste s’était fait demander de promouvoir l’organisme lorsqu’il y est entré. « Ils nous ont invités à faire entrer des membres, on l’a fait ! », a-t-il rappelé en entrevue téléphonique.

Celui-ci ne pense pas que l’arrivée de Pierre Tardif rimera avec changement au sein de l’organisation. « Je ne pense pas que c’est du sang neuf, car il était administrateur de la SSJB avant d’être directeur général », affirme-t-il.

M. Tardif rappelle que la SSJB est apolitique. « Dans nos règlements, on a toujours parlé de Canadiens français. On continue à le dire. Chaque Société Saint-Jean-Baptiste a son identité, et on a décidé de garder celle qu’on a toujours eue », soutient-il.

La poursuite n’a pas empêché M. Tardif à soumettre sa candidature pour le poste de directeur général.

« Quand j’ai réfléchi avant de postuler, j’y ai pensé. Je suis optimiste, je ne veux pas qu’on arrête tout à cause de la poursuite. Je veux qu’on se tienne debout. On croit à quelque chose. On respecte les autres, mais on doit tous se respecter », exprime-t-il.