Pierre-Luc Dusseault réclame l'étiquetage obligatoire pour les OGM

Un mois après que le gouvernement libéral eut autorisé le saumon transgénique à la consommation, les néo-démocrates relancent l'idée de rendre obligatoire l'étiquetage des produits contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM).
Il est « grand temps » que le Canada emboîte le pas à des juridictions comme l'Union européenne ou encore le Vermont, qui deviendra le 1er juillet le premier État américain à exiger l'étiquetage obligatoire, a plaidé mardi matin le député Pierre-Luc Dusseault.
L'élu du Nouveau Parti démocratique (NPD) a déposé en première lecture un projet de loi d'initiative parlementaire allant en ce sens, faisant valoir que les Canadiens avaient le droit de savoir ce qui se retrouve dans leur assiette.
Les modifications proposées à la Loi sur les aliments et les drogues feraient en sorte qu'il « serait interdit de vendre tout aliment génétiquement modifié à moins que son étiquette ne contienne les renseignements prévus par règlement », a-t-il expliqué en conférence de presse.
Le dépôt de la mesure législative C-291 survient un mois après l'annonce, par le gouvernement fédéral, de l'arrivée prochaine sur le marché du saumon transgénique AquaAdvantage, le premier animal génétiquement modifié pour consommation humaine à être approuvé.