Pierre-Luc Dusseault s’affairait à faire le ménage dans son local de député au lendemain de sa défaite électorale dans la circonscription de Sherbrooke.

Pierre-Luc Dusseault: «Je pars la tête haute» [VIDÉO]

Pierre-Luc Dusseault était serein au lendemain de sa défaite électorale aux mains de la libérale Élisabeth Brière. Il était particulièrement fier d’avoir aidé des milliers de personnes durant les huit dernières années.

« On sort la tête haute après huit ans comme député, a-t-il mentionné lorsque rencontré à son bureau de circonscription. On n’a rien à se reprocher. On n’a aucun regret et on a fait tout ce qu’on avait à faire. Ensuite, il faut accepter la décision. »

À LIRE AUSSI: Le NPD a manqué de temps, croit Ruth Ellen Brosseau

Claude Forgues se dit victime de la division du vote

Élisabeth Brière, déjà dans le bain politique [VIDÉO]

Malgré la défaite, c’est quand même 16 917 personnes qui ont inscrit leur vote pour le candidat néodémocrate.

« Je le prends avec un petit velours de savoir qu’il y a autant de gens qui m’ont fait confiance pour une troisième fois, explique-t-il. C’est agréable de le voir et c’est ce que j’entends dans les dernières heures. Je sors la tête haute d’avoir servi les Sherbrookois durant huit ans. »

Preuve peut-être de l’appréciation des Sherbrookois pour Pierre-Luc Dusseault, la prise de photo pour La Tribune a été interrompue par un citoyen qui est venu remercier M. Dusseault et lui dire que c’était dommage qu’il n’y ait pas plus de gens comme lui en politique.

Retour en politique?

Est-ce qu’on pourrait revoir Pierre-Luc Dusseault en politique municipale ou provinciale? Ou peut-être même lors des prochaines élections fédérales?

« Il est trop tôt pour penser à ça, admet-il. Je vais prendre du recul et parler avec ma famille. Ce ne sont pas des décisions qui se prennent seules. On verra les opportunités qui vont se présenter. Je ne suis pas inquiet. »

« Je pense surtout à faire une bonne transition avec la nouvelle députée, faire le ménage dans mon bureau et régler mon appartement à Ottawa, ajoute-t-il. Ça va être après ça que je vais pouvoir prendre du recul, me reposer et penser au prochain projet. »

M. Dusseault entend pour l’instant rester impliqué dans le NPD.

« C’est mon parti, mes valeurs et ma vision, lance-t-il. Il n’y a aucune raison de ne pas rester fidèle au parti et de ne pas continuer à croire que c’est la meilleure solution pour le pays. Il n’y a aucun doute là-dessus. Reste à voir qu’elle forme cette implication va prendre. »

Dur revers pour le NPD

Le NPD a connu une difficile soirée au Québec. Seul Alexandre Boulerice a survécu à la montée du Bloc québécois.

« On a un siège encore au Québec, ce qui était le cas avant 2011, analyse M. Dusseault. On revient un peu à ça. C’est malheureux parce que c’était le fruit du travail de Jack [Layton]. Je pense qu’on a mené une belle campagne, mais il y a des leçons à tirer. On est aussi victime d’un contexte national où il y avait une certaine peur de revenir aux conservateurs. Ça n’aide pas nécessairement un tiers parti qui essaie de se démarquer. »

Pierre Luc Dusseault avait aussi un conseil pour Élisabeth Brière qui prendra le relais dans la circonscription. « C’est de s’assurer qu’elle est là pour les gens d’ici. Souvent on a tendance à passer beaucoup de temps à Ottawa et à s’intéresser à plein de dossiers nationaux. Il faut rester comme on dit en bon français groundé. C’est le meilleur conseil que je peux lui donner. »