Dominic Tardif récidive et convie les gens à son troisième Show Tardif.

Pier-Luc Funk et Christian Bégin au Show Tardif

Dominic Tardif récidive et convie les gens à son troisième Show Tardif. Au menu : l'élasticité de Pier-Luc Funk et la compulsion de Christian Bégin à entonner quelques paroles de chansons lorsqu'il est aux fourneaux.
Christian Begin
Pier-Luc Funk
Les deux comédiens ont accepté de se prêter au jeu du Show Tardif le 5 mai, ce beau projet fou de talk-show en direct du Boquébière.
« Pour les deux premières éditions, nos paires d'invités étaient constituées d'une vedette et d'une personnalité locale. Cette fois-ci, nous avons décidé d'inviter deux vedettes : Pier-Luc Funk et Chrisitian Bégin », explique le grand manitou de l'événement, Dominic Tardif.
Y a-t-il un lien entre les deux hommes?
« Ils se connaissent peut-être puisque le showbiz québécois est grand comme un lit simple. Mais il s'agit simplement de deux personnes de deux générations différentes, mais également avec une énergie différente.
« Christian Bégin est connu pour son amour de la bouffe, son indignation et Télé-Pirate. Pier-Luc Funk est connu pour l'élasticité de son corps », lance en rigolant celui qui est également chroniqueur pour La Tribune.
Et il ne se gênera pas pour aborder ce sujet avec le jeune comédien.
« Je veux savoir comment il fait pour plier son corps dans tous les sens. Avec Christian, je veux aborder sa compulsion à chanter des bouts de chansons lorsqu'il fait cuire des oignons. Dans Curieux Bégin, il finit toujours par chanter », soutient le David Letterman sherbrookois.
Après deux éditions couronnées de succès, celui que l'on peut également entendre au micro de Radio-Canada ne cache pas sa nervosité à l'approche de ce troisième rendez-vous devant public.
« Je suis superstitieux. Le premier show a bien été et le deuxième a été incroyable grâce à Guy Jodoin qui a été d'une générosité tellement grande que je tarde encore à m'en remettre. Donc pour le troisième, je suis dû pour un flop », admet ingénument Dominic Tardif.
On serait plutôt tenté de lui répondre « jamais deux [succès] sans trois ». Pour juger par vous-même, dirigez-vous au Boquébière le 5 mai à 20 h. Coût du billet : 10 $.