Kevin St-Cyr est un jeune pilote d’hélicoptère téléguidé de 16 ans. Au cours des dernières années, il a pris part à de nombreuses compétitions, notamment aux États-Unis.

Petits avions et grandes prouesses

Les avions et hélicoptères miniatures téléguidés ont envahi le ciel de Danville en fin de semaine alors que le Club Aéromodèles Asbestos présentait un spectacle regroupant des pilotes d’un peu partout au Québec. Ce loisir encore méconnu du grand public voit sa communauté s’agrandir tranquillement.

En 2000, Richard Cloutier et Laurent Hémond fondaient le Club Aéromodèles Asbestos qui au fil des semaines rassemblait de plus en plus d’adeptes. Près de 20 ans plus tard, on y compte environ 36 membres d’un peu partout au Québec.

« L’aéromodélisme est encore méconnu, mais ça fait environ cinq ans qu’on a plus de visibilité. Même ici à Asbestos, il y a encore beaucoup de gens qui ne savent même pas qu’on existe », explique M. Cloutier, président du regroupement.

Le club d’Asbestos organise une fin de semaine de spectacles aériens tous les ans. C’est l’occasion pour les curieux de venir découvrir ce loisir et pour les pilotes de s’exécuter devant un public.

« On met un peu plus de gomme pour impressionner les spectateurs c’est certain », avoue Raynald Lemieux, pilote de jet, venu de Québec.

L’appareil qu’il pilotait est un jet qu’il a lui-même construit. Avec une longueur de 118 pouces, une envergure d’ailes de 110 pouces et un poids de 65 livres, c’était l’un des modèles les plus impressionnants sur place.

« J’aime les jets pour leur look et leur vitesse. Piloter des modèles miniatures c’est une passion, je le fais pour le suspense, pour l’adrénaline que ça donne », souligne celui qui pratique ce loisir depuis 50 ans, initié par son père alors qu’il avait 11 ans.

Il mentionne également apprécier l’entraide qui règne au sein de la communauté d’adeptes d’aéromodélisme. Victime d’un bris en début de journée samedi, Raynald Lemieux a rapidement reçu un coup de main de plusieurs pilotes.

Si certaines personnes pensent que piloter ce type d’appareils téléguidés est facile, c’est tout le contraire. Doigté, minutie et patience sont les mots d’ordre. Au Club Aéromodèles Asbestos, il est possible d’essayer gratuitement accompagné d’un instructeur et d’un avion miniature spécialement conçu pour les vols d’initiation.

Jeune talent

Ce loisir rassemble non seulement des gens de tous les horizons, mais aussi de tous les âges. Kevin St-Cyr, de Kingsey Falls, pilote des hélicoptères téléguidés depuis maintenant quatre ans. À 16 ans, il était l’un des pilotes les plus prisés de la fin de semaine.

Lors de ses deux dernières compétitions aux États-Unis, il a d’ailleurs terminé au 10e et au 5e rang.

« Au début, c’est plus difficile. Mais lorsqu’on développe ses réflexes et qu’on pratique, ça va de mieux en mieux », mentionne celui qui incite les jeunes à tenter l’expérience. Lui-même s’exerce au minimum une heure par jour à l’aide d’un simulateur, été comme hiver.

Kevin St-Cyr est notamment reconnu pour exécuter des figures complexes qui demandent beaucoup de précision. « Mon but ultime c’est de devenir le champion du monde. »