Molie Dalpé, son fils Léonard et sa fille Rosabelle ont représenté l’école Le Ber.

Persévérer dans la course; persévérer à l’école

Promouvoir la persévérance scolaire, l’activité physique chez les jeunes et rapprocher tout le monde œuvrant de près ou de loin à la commission scolaire : voilà la raison d’être de la Course à relais O2. Même le directeur général de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, Christian Provencher, se prête au jeu.

« Même le conseil des commissaires s’est constitué une équipe ! assure-t-il. Ce matin (samedi), la température était plus froide quand on a démarré, mais ça s’est réchauffé et on n’a pas eu de pluie. Nous sommes très satisfaits. Ce que je remarque, c’est qu’il y a beaucoup de membres du personnel qui participent, car ce sont les écoles qui s’inscrivent. De plus, beaucoup d’enfants participent à la course. »

Pour lui, la Course O2 est faite pour se développer. « Ç’a comme objectif de déployer l’ensemble de ce qu’on est comme individu à l’intérieur de la société. On voit que les jeunes viennent se dépasser, persévérer avec des adultes. Ça nous permet des rapprochements à l’ensemble de la population », pense M. Provencher. 

« Une organisation comme une commission scolaire, ce n’est pas juste des élèves, des membres du personnel, des enseignants, des directions, poursuit-il. C’est une complémentarité d’ensembles de personnes qui ont à cœur la réussite des élèves jeunes et adultes. Une journée comme aujourd’hui permet des rapprochements de tous les milieux, de toutes nos écoles et de tous les éléments qui composent notre organisation. »

Des participants contents

Léonard Drolet, élève de deuxième année du primaire, a adoré la course. Celui-ci en était à sa deuxième participation. « J’ai beaucoup aimé, car c’était seulement un kilomètre. Je n’ai pas vraiment fait de sprint. Je vais à l’école Brébeuf, mais je courais pour l’école de ma mère. Je cours souvent, mais pas tous les jours. J’ai couru tout le long du kilomètre ! Je vais sûrement le refaire l’an prochain. Mon sport préféré est le parcours. » 

« C’est extraordinaire, dit la maman, Molie Dalpé. Ça marie les écoles secondaires et primaires, autant le personnel que les enseignants et les élèves. C’est une belle compétition, on s’encourage sur le parcours. Ma fille de quatre ans est ici, elle veut suivre. Ils baignent là-dedans depuis qu’ils sont jeunes », affirme-t-elle, tout sourire.

L’organisatrice de l’événement, Mary-Lou Butterfield est contente de voir le succès de l’événement, qui en était à sa huitième année. En effet, 550 coureurs ont enfilé les pas à un moment ou à un autre de la course. S’il y a des prix pour les participants, ce n’est pas nécessairement le premier arrivé à la fin du parcours qui est récompensé. « C’est un peu comme à l’école, décrit-elle. Ce qu’on veut, c’est que tout le monde s’implique dans la réussite. On est gagnants à tous coups quand on participe au relais. Tout le monde a sa médaille de participant et on fait tirer trois bourses au hasard parmi les écoles participantes pour un projet en lien avec la persévérance scolaire », résume-t-elle.