Pas de ventilateurs dans les classes, malgré la canicule

Les enseignants ne pourront pas utiliser de ventilateurs sur pieds dans leur classe et ce, malgré les températures qui devraient dépasser les 30 degrés Celsius au cours des trois prochains jours.

« Les milieux devront revoir l’organisation du travail pour diminuer les conséquences liées aux journées de chaleur accablante », résume Luc Hamel vice- président du syndicat de l’enseignement, référant aux informations émises par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

À LIRE AUSSI: Vague de chaleur à prévoir

Vague de chaleur en CHSLD: «ce sera l’horreur»

« Si la solution est de sortir plus souvent à l’extérieur et de demeurer à l’ombre, les enseignants pourront le faire. Surtout qu’il y a moins de pression au niveau des apprentissages avec l’annulation des examens », ajoute le président du syndicat de l’enseignement, Richard Bergevin.

L’INSPQ indique qu’il semble plausible que des ventilateurs sur pied, au même titre que d’autres appareils s’y apparentant, puissent contribuer à la dispersion de gouttelettes contenant du SARS-CoV-2 en présence de personnes infectées, que celles-ci soient symptomatiques ou non. Le ventilateur sur pied devrait donc être utilisé avec précaution.

Même chose pour ce qui est des systèmes de climatisation. « L’INSPQ conclut que la climatisation pourrait théoriquement étendre le panache de dispersion des gouttelettes expectorées par un individu infecté au-delà de 2 mètres et contribuer à la transmission de la COVID-19 si d’autres personnes se trouvent dans le couloir d’air ainsi généré. »

Le président du syndicat de l’enseignement de l’Estrie aimerait que les commissions scolaires émettent un directive claire applicable dans l’ensemble des écoles. « Pour l’instant, certaines directions ont interdit les ventilateurs et d’autres non. Ça devrait être la même consigne pour tous », note Richard Bergevin.

Des enseignants et des parents avaient réagi après que la direction de certaines écoles de la région eu fait parvenir un mémo indiquant que l’utilisation de ventilateurs serait interdite, malgré la chaleur prévue cette semaine.

« On est dans une gestion de risque. Oui, les ventilateurs et la climatisation peuvent propager le virus si un élève ou un membre du personnel est atteint. Est-ce que c’est le cas? On ne le sait pas alors les directions d’école ont agi avec prudence », explique le directeur du service des communication de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, Donald Landry.

Le représentant syndical souligne « qu’à peu près toutes les écoles primaires des trois commissions scolaires de la région n’ont pas de système de climatisation ». Donc l’utilisation de ventilateurs est répandue.

« Aussi, plus de 95 pour cent des ventilateurs sont achetés par les enseignants. Avec leur argent personnel », précise Luc Hamel, vice-président et responsable de la zone des Hauts-Cantons au SEE.

La CSRS a consulté la Santé publique de l’Estrie qui devrait donner son avis au cours des prochaines heures.